We'll never die (Paroles)Analyse de LKB

A l'occasion de cette spéciale Laurent Boutonnat, penchons-nous sur l'un des premiers textes écrit par le maître pour sa muse, sur l'album «Cendres de lune» en 1986. Le texte de «We'll never die», comme plusieurs autres sur le même album, est l'un des rares qui semble réellement nous raconter une histoire, parmi tous ceux chantés par Mylène. Ici, il s'agit d'un texte assez difficile racontant l'histoire tragique d'un enfant envoyé combattre…

We'll never die !
We'll never die !

«Nous ne mourrons jamais».

Tes pauvres mains tendues
Tu pries à corps perdu
We'll never die !

«Nous ne mourrons jamais». Telle est la prière de celui dont c'est presque le dernier souffle. Sa façon de continuer, de survivre encore est de se convaincre que la fin n'est pas encore arrivée et n'arrivera jamais. Mais elle est si proche que c'est à corps perdu qu'il exerce ce dernier recours, joignant ses pauvres mains en une prière. Cette prière rythme la chanson, rythme les derniers instants de sa vie…
Ton sang lavera nos fronts
«Ton» sang, «nos» fronts. Le combat qui a lieu ici n'est pas celui de la personne qui s'apprête à mourir.
Les vautours t'embrasseront
Sa fin est de plus en plus proche. Cette vie qui sera bientôt perdue n'a que peu d'importance, son corps sera laissé aux vautours, charognards qui se nourrissent de cadavres.
We'll never die !

Petit garçon perdu
Le désert t'a déchu

Nos découvrons véritablement qui est cette personne envoyée au front et mourante. Un jeune garçon, dont la vie est détruite par la guerre avant même d'avoir commencée.
We'll never die !
Ta vie n'est qu'un brin d'encens
Petite goutte de sang

Sa vie, qui n'a pas encore eu le temps d'exister, ne tient plus qu'à un fil. Elle n'est d'ailleurs rien dans l'immensité du monde, et surtout pas grand-chose dans le torrent de pertes infligées par le conflit. Et le fait qu'elle soit ainsi envoyée, «sa» vie sur «nos» fronts, souligne bien le peu d'importance qu'elle représente aux yeux des acteurs de ce conflit.
We'll never die !

Gavroche ou bien bidoche
On appelle gavroches les gamins parisiens du siècle dernier, d'après un personnage des Misérables de Victor Hugo. Ici, cela souligne la jeunesse de la personne envoyée faire la guerre, telle une pièce de viande, que le mot bidoche désigne en langage populaire.
Rester en vie c'est moche
Après tout, rester en vie pour assister à tant d'horreurs ne vaut peut-être pas vraiment le coup…
We'll never die !
Tu seras un ange là-bas
Au nom d'Allah, alléluia

L'enfant est de confession islamique, ce qui situe plus précisément le conflit géographiquement.
We'll never die !

Dawn is breaking now
How long does it take to die ?

«L'aube s'arrête maintenant
Combien de temps cela prend-il de mourir ?»

We'll never die !
We'll never die !


Petit garçon foutu
Ce désert il t'a eu

Le petit garçon a atteint le point fatal. Le désert, la guerre l'a eu.
We'll never die !
T'as fait la guerre pour ta mère
Elle t'a mis au monde en terre !

Sa vie a été tellement courte que sa mère l'a, pour ainsi dire, enterré avant même de l'avoir mis au monde.
We'll never die !

Ta pauvre main tendue
Tu cries à corps perdu

Ses derniers instants nous sont décrits ici…
Ton sang lavera nos fronts
Les vautours t'embrasseront

La répétition de ces vers souligne à nouveau le peu d'importance qui sera accordé à la perte de cet enfant dans ce conflit qui n'était même pas le sien…

Dawn is breaking now
How long does it take to die ?


We'll never die !
We'll never die !
We'll never die !


LKB (11/2007)
    

Vos réactions

Votre pseudo :