Innamoramento (Les analyses du Glaçon)Analyse de MysterFrizz

Le choc amoureux de Francesco Alberoni est un essai sur l'amour à l'état naissant, l'innamoramento italien. Le sociologue y démontre que l'amour naissant fonctionne de la même manière que les grands mouvements collectifs (révolutions, manifestations…). Tomber amoureux est donc un bouleversement à deux, qui, toujours, «sépare ce qui était uni et unit ce qui devait être séparé». Autrement dit, lorsqu'on est véritablement dans une dynamique d'amour naissant (et non dans une illusion basée sur le désir, l'envie, l'admiration…) toute la vie du sujet est reconfigurée en fonction de l'être aimé, auquel s'appliquent de nouvelles valeurs qui ne sont plus celles du quotidien. Fortement marquée par cette lecture, dont elle récite des passages de mémoire lors d'une interview donnée dans Elle à la sortie d'Innamoramento, Mylène a fait du terme le titre de son album tout entier. C'est qu'on peut y distinguer toute l'ambiguïté qui fascine la chanteuse : au sein même du mot, on entend l'amour, la mort, et «amen». Ces jeux sémantiques sont soulignés sur la pochette de l'album par la typographie. Cette chanson est la deuxième «traduction» du texte d'Alberoni dans l'album (pour la première, se reporter à l'Amour naissant). Ici, l'auteur transpose sur le mode poétique la réflexion théorique, en lui donnant l'allure d'une confession personnelle.

Toi qui n'as pas su me reconnaître[1]
Ignorant ma vie ce monastère, j'ai[2]
Devant moi une porte entrouverte[3]
Sur un peut-être
Même s'il me faut tout recommencer

Toi qui n'a pas cru ma solitude
Ignorant ses cris, ses angles durs[4], j'ai
Dans le cœur un fil minuscule
Filament de lune[5]
Qui soutient là un diamant qui s'use…
Mais qui aime

J'n'ai pas choisi de l'être
Mais c'est là[6], «L'INNAMORAMENTO»
L'amour, la mort, peut-être[7]
Mais[8] suspendre le temps pour un mot[9]
Tout se dilate[10] et cède à tout[11]
Et c'est là, «L'INNAMORAMENTO»
Tout son être s'impose à nous[12]
Trouver enfin peut-être un écho[13]

Toi qui n'a pas vu l'autre côté de…
Ma mémoire aux portes condamnées[14], j'ai
Tout enfoui les trésors du passé
Les années blessées[15]
Comprends-tu qu'il me faudra cesser…

Moi qui n'ai plus regardé le ciel, j'ai
Devant moi cette porte entrouverte[16], mais
L'inconnu a meurtri plus d'un cœur
Et son âme sœur
On l'espère, on l'attend[17], on la fuit même
Mais on aime


MysterFrizz
    

Vos réactions

Votre pseudo :