ConnexionAccueil0 Commentaire


Sextonik (Les analyses du Glaçon)Analyse de MysterFrizz

La chanson Sextonik est un bon exemple de ces textes pleins de second degré qui constituent une partie souvent méconnue du travail de Mylène. Le sujet de la chanson, on l'aura compris, c'est l'onanisme assisté par un «jouet sans cœur», c'est-à-dire un godemiché. Les couplets décrivent l'objet, évoquent sa matière et la façon de s'en servir : «pression», piqûre, vibrations au point que le corps ressent «un frisson»… La description, même si elle se fait par touches, est extrêmement érotique, et le lecteur peut se surprendre à ressentir lui aussi ces stimu-longs/stimulants auxquels l'invite la chanteuse. L'onanisme apparaît donc dans l'album, comme une des déclinaisons de l'ennui. Dans Lisa-Loup et le conteur, Mylène évoquait non sans malice un certain Benoît, «plombier, somnambule et fort beau» qui «à toute heure de la nuit pouvait s'affairer, réparer les conduits, recouder les tuyaux»… Mais quand les plombiers ne sont pas là… :-X Cependant le texte est plus facétieux encore : le godemiché est un lover killer, moins «sexuellement correct», il finit par devenir le compagnon par excellence, qui remplace l'amant ! Reste la question ultime de savoir si l'ensemble de la chanson n'est pas aussi, en fin de compte, que métaphore de l'écriture. En effet, Mylène l'expliquait en 96 sur NRJ : «l'écriture est aussi un plaisir solitaire…».

Sous tension[1]
Mais pure
Nulle amertume[2]
Un frisson
Sous pression[3]
S'affine
L'endorphine[4]

Compagnon[5]

Sous caution
Des[6] sages
Divine image
De l'addiction[7]
Stimu-stimu-long[8]
Vibrent les origines
Libertines[9]
Libérons[10]… Que j'aime le…

Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Serial[11] joueur un jouet[12] sans cœur
(C'est le)
Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Cyber skin[13], serial lover killer[14]

D'ivoire ou de
Jade
Au verre aimable[15]
Un simulacre[16]
Stimule de nacre
Dis-moi comme
J'extase

Sculpté de bois
Réjouis moi[17]
Rejoue-le


MysterFrizz
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.