ConnexionAccueil1 Commentaire


Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)Clip de Mylène Farmer - 1988


Crédits du clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 17'52
Année : 1988
Production : Jean-François Casamayou, Laurent Boutonnat, Toutankhamon, Casa Films, Polydor & Polygram Music
Budget : environ 750.000 €

Scénario : Laurent Boutonnat & Gilles Laurent
Adaptation anglaise : Sandy Whitelaw
Conseiller historique : Jean-Louis Viau
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Décorateur : Franck Lagache
Perruques : Laurent Caille
Cascades chevaux : Mario Luraschi
Photographe : Marianne Rosenstiehl
Acteurs : Sophie Tellier (la Rivale), Yann Babilee (le capitaine Alec Parker), Sandy Whitelaw (Mr. Swift), David Sadler Hall (le petit tambour)

Dates du tournage : août 1988 (5 jours et 5 nuits)
Lieux du tournage : forêt de Rambouillet, dans les Yvelines (le long de la route de la croix St Jacques)

Clip présent sur : Les clips - Volume II, The Videos, Music Videos

Chronologie du clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

08/1988 - Tournage clip (Cinq jours et cinq nuits dans la forêt de Rambouillet, dans les Yvelines)
06/10/1988 - Projection clip en avant-première (Paris - Cinéma UGC Normandie)
07/10/1988 - Première diffusion clip ('Nulle part ailleurs' - Canal +)

Articles de presse sur le clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

- dérouler le contenu -

Synopsis du clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

Un soldat et un 'petit tambour' de l'armée anglaise découvrent le corps de Libertine et de son amant. Alors qu'ils s'en approchent et se demandent quel est le sexe de Libertine, celle-ci se réveille. Libertine est vivante ! Les deux anglais la ramènent à leur campement, commandé par le courageux capitaine Alec Parker, qui est venu rejoindre l'armée Prusse sur ordre de Sa Majesté Georges II, en guerre contre la coalition franco-austro-russe(-suédo-espagnole aussi, en vérité). Cependant l'armée, persuadée d'être en Prusse, se rend compte qu'elle a fait fausse route : Libertine a demandé en français "Où suis-je ?", autrement dit, le détachement de l'armée anglais est en territoire ennemi. Inquiet, mais troublé par Libertine, le capitaine Parker décide de lui rendre visite dans la tente où elle repose. En essayant de la réveiller, il découvre ses fesses, ce qui ne le laisse pas indifférent. Le petit tambour assiste à la scène, ce qui énerve passablement le capitaine, qui décide de le fouetter. Libertine se fraye un chemin parmi les soldats et arrive à l'endroit où le capitaine punit le jeune garçon. Le capitaine lui tend alors le fouet, mais c'est à lui que Libertine décoche un énorme coup au visage ! Fou de rage, il l'oblige à revêtir un costume de soldat (l'occasion pour lui de revoir les fesses tant convoitées de Libertine). Mais déjà, celle-ci prend la fuite en volant un cheval. Le capitaine la poursuit à travers les champs, ce qui ne manque pas d'alerter des troupes françaises embusquées, qui concluent un marché avec des prostituées. A leur tête, on retrouve la rivale de Libertine... La nuit tombée, les prostituées font une entrée remarquée dans le camp, et corrompent les soldats au vin et au sexe. Pendant ce temps, Libertine et le capitaine se laissent aller et font l'amour à l'abri des regards... si ce n'est celui du petit tambour qui les espionne. Le matin, l'une des prostituées avertit les troupes françaises qu'elles peuvent passer à l'attaque. Pris par surprise, les anglais subissent de terribles pertes. Alors que le combat fait rage, la rivale abbat le capitaine, sous les yeux de Libertine. Celle-ci se jette sur sa vieille rivale et les deux femmes se livrent un combat sans merci. Libertine finit par avoir raison d'elle en la transperçant avec une épée. Un terrible silence succède au massacre... Le petit tambour semble être le seul survivant de l'armée anglaise. "Mon père m'avait prévenu : "Tu reconnaîtras la Mort à son grand cheval noir. Si par malheur elle s'arrête devant toi, surtout, ne la regarde pas, ne la regarde pas...". Alors qu'il s'avance vers les rangs français, un grand cheval noir s'arrête devant lui. Le petit tambour lèe un regard craintif vers le cheval Libertine, vêtue de noir, est dessus. Elle lui tend la main et le fait monter derrière elle. Les troupes françaises se retirent. "Je ne l'ai jamais revue, mais je n'oublierai jamais l'odeur de son parfum et la douceur de sa peau, tandis qu'elle m'emmenait vers... la Vie !"


Single et album

Single Pourvu qu’elles soient douces Album Ainsi soit je...

Vêtements : tenues et accessoires

Pourvu qu'elles soient douces - 10/1988
Costumière : Carine Sarfati

Annuaire : fiches biographiques

Yann Babilee (Acteur)
Laurent Boutonnat (Compositeur, réalisateur, photographe, concepteur et directeur artistique de spectacle)
Laurent Caille (Coiffeur)
François Hanss (Réalisateur)
Gilles Laurent (Scénariste)
Mario Luraschi (Dresseur de chevaux)
Agnès Mouchel (Monteuse)
Carine Sarfati (Costumière)
Jean-Pierre Sauvaire (Directeur de la photographie)
Sophie Tellier (Danseuse)
Jean-Louis Viau (Conseiller historique)
Sandy Whitelaw (Acteur, traducteur)

Confidences - Interviews

Agnès Mouchel / Ancienne chef monteuse - 2004 - Instant-Mag
Agnès Mouchel / Ancienne chef monteuse - 2005 - IAO
Franck Lagache / Chef décorateur - 2006 - IAO
Gilles Laurent / Co-concepteur - 2006 - IAO
Jean-Louis Viau / Conseiller historique - 2006 - IAO
Sandy Whitelaw / Acteur - 2006 - IAO
Sophie Tellier / Actrice - 2003 - Mylène Farmer Magazine
Yann Babilee / Acteur - 2006 - IAO

Photographies sur le tournage du clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

Photos prises lors du tournage du clip Pourvu qu'elles soient douces (Libertine II).







Fichiers vidéos (publicités...)


Fichiers audio (interviews, pubs, critiques...) sur le clip Pourvu qu’elles soient douces (Libertine II)

1988 - Bande originale de clip / Pourvu qu'elles soient douces
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.