ConnexionAccueil0 Commentaire


Marianne Rosenstiehl (Photographe)Interview Photographes - 1992

Sur le tournage de 'Beyond my control'

Direction les studios de cinéma à Paris... Dans un décor des plus simples, une équipe réduite au maximum exécute différents gestes. Au milieu d’eux, une tête rousse attire tous les regards. Mylène Farmer tourne le clip de sa nouvelle chanson "Beyond my control". Derrière la caméra, le pygmalion de la star immortalise une nouvelle fois son visage : Laurent Boutonnat est la réalisateur de la vidéo. Une ambiance très intimiste règne sur le plateau. On ose à peine respirer, de peur de déranger. Dans un coin, une photographe shoote quelques plans : Marianne Rosenstiehl, une fidèle de Mylène, pourrions-nous dire ! Déjà deux jours que tout ce monde travaille d’arrache-pied ! Pas de cri, pas de crise, chacun occupe la place qu’il doit sans fausse note ! Il est temps pour OK! d’en savoir un peu plus.

Marianne, quel est le scénario de ce clip ?
Je crois qu’il n’y a pas vraiment de scénario dans cette vidéo. Je dirais plutôt que c’est une suite d’images, mais des images qui épousent les paroles de la chanson...

Quels en sont les temps forts ?
Toutes les images sont fortes, sublimes, avec trois points importants : Mylène sur un bûcher, immolée ; jeu d’amour mortel entre Mylène et un acteur, Frédéric Lagache, déjà présent sur d’autres clips ; et une dernière scène qui fait appel à des loups. Des vrais. Ce clip est une succession d’images liées par la chanson. Un clip un peu dans la lignée de "Ainsi soit-je", vous vous en souvenez ?...

Depuis combien de jours cette équipe travaille-t-elle ?
C’est le deuxième et le dernier... du matin jusqu’au soir.

Qui a créé la robe de Mylène ?
C’est une couturière et cette robe a été faite sur mesure. On peut dire que c’est une pièce unique.

Marianne, que pourriez-vous ajouter ?
Je n’ai pas grand chose à dire... Je travaille avec Mylène car je l’apprécie et aussi car il y a une grande amitié entre nous... Je ne veux donc pas faire des déclarations qui m’engagent personnement. Vous comprenez...


OK! - 1992
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.