ConnexionAccueil0 Commentaire


Joacchim Garraud (Remixeur)Interview Remixes - 2005

Fuck them all

Comme tout single de Mylène qui se respecte, « Fuck them all » a bénéficié de plusieurs remixes. Parmi eux, deux remixes d’un certain Joacchim Garraud, un nom bien connu des habitués des dancefloors. Rencontre.

Avant tout, parle-nous un peu de toi.
J’ai trente-six ans, je suis né à Nantes, j’habite à Paris depuis quinze ans, j’ai une grande famille avec quatre enfants. J’ai fait dix ans de conservatoire de piano et de percussion. Et j’ai toujours été DJ en club et animateur, producteur, remixeur en radio.

Parmi tes créations (Ricky Martin, OMD, Jean-Michel Jarre, Kylie Minogue), quelle est ta préférée ?
Difficile de choisir, j’aime chaque production, pour des raisons différentes. J’ai un petit faible pour « Love don’t let me go », écrit, enregistré, réalisé et mixé en une seule journée.

Quand et par qui as-tu été contacté pour faire les remixes de « Fuck them all » ?
La maison de disques m’avait déjà demandé de remixer un de ses anciens titres en 2004 (ndlr : pour l’album « Remixes », en 2003 donc). Malheureusement, nous n’étions pas d’accord sur le choix du titre à remixer.

Quel titre voulais-tu remixer ?
« Maman a tort », mais ils l’avaient déjà promis à un autre remixeur. Je ne voulais rien faire d’autre car j’avais une réelle idée en tête !

Tu sais que « Maman a tort » n’a pas été retenu finalement ?
Quel gâchis !

Tu as écouté cet album ?
Je l’ai parcouru et j’ai bien aimé le travail de One-T (ndlr : sur « L’instant X »).

Sur quel titre voulaient-ils que tu travailles ?
Je ne sais plus, mais je n’avais que des titres mineurs, pas intéressants. Cette fois-ci, j’ai eu la chance d’écouter le nouveau titre de Mylène Farmer en avant-première et j’ai été emballé sur le fait de pouvoir remixer un titre pour cette artiste que j’adore depuis le début. Je dois avoir tous ses maxis depuis « Maman à tort ».

As-tu senti un climat de méfiance particulier dans l’entourage Farmer ?
A dire vrai, oui énormément ! Un grand secret entoure tout ce qui touche à Mylène Farmer.

Quelle a été ta toute première réaction quand tu as été sollicité pour ce projet ?
J’ai été emballé dès la première écoute ! J’ai dit OK au bout d’une demi seconde !

Qu’as-tu pensé de « Fuck them all » la première fois que tu l’as entendue ?
J’ai trouvé cela osé, bien engagé et bien écrit.

Tu l’as écoutée dans quelles conditions ?
Le chef de projet de la maison de disques est venu dans mon studio à Paris pour me faire écouter le titre. Il est reparti avec le CD et a bien vérifié que personne d’autre n’écoutait en même temps que nous !

T’as-t-on donné des instructions quant à l’atmosphère ou la durée des deux remixes ?
Oui, il fallait que cela soit dansant. C’était la seule condition.

Comment as-tu travaillé ces remixes ?
Avec plaisir et avec quelques difficultés car le tempo original de l’œuvre (85 BPM) m’empêchait d’utiliser l’intégralité de la chanson pour une version dance (125 BPM).

Une fois le travail fini, as-tu fait écouter le résultat à Mylène ou passais-tu par des intermédiaires ?
Malheureusement, je suis repassé par « l’intermédiaire ».

T’a-t-on fait refaire plusieurs fois le boulot ?
Non, j’ai eu une réponse positive dans la journée. Aucune modification ! J’ai été très surpris.

As-tu proposé plusieurs versions ?
Oui. Les deux versions qui ont été utilisées (ndlr : « Joacchim Garraud Vocal Remix » et « Joacchim Garraud Dub Remix).

Pourquoi deux de tes remixes ont-ils été retenus ?
Parce qu’ils sont très complémentaires. Certains DJ joueront plutôt la version vocale avec le break comportant la voix de Mylène Farmer, d’autres DJ joueront la version plus dub.

Quelle image a Mylène dans le milieu DJ ?
Une très bonne image, car elle est créative, très imaginative et les versions maxis ont toujours été très bien ficelées pour les clubs.

Est-ce que ça décrédibilise de travailler avec des gens « grand public » ?
C’est une très bonne question. Tout dépend de ce que véhicule le chanteur ou la chanteuse. Concernant Mylène Farmer, c’est une icône du monde de la nuit, alors pas de problème.

Penses-tu que Mylène aurait tant de fans gays si elle ne faisait pas tant de remixes ?
Non, il est évident qu’une base du fan club de Mylène est composée de gays qui aiment sortir, qui aiment les clubs. Sans remixes, Mylène serait beaucoup moins proche de l’univers de la nuit.

Selon toi, est-il important de garder la mouture de base d’une chanson (couplets, refrains) pour un remix ?
Dans la mesure du possible, oui, j’essaye de garder ce qui fait le titre. Dans le cas de « Fuck them all », le tempo original est de 85 BPM, donc impossible de tout utiliser. J’ai pu utiliser des vocaux dans l’une des deux versions en y aménageant un passage sans tempo.

Est-il prévu que tu retravailles avec Mylène dans un futur proche ?
Ma porte est toujours ouverte pour elle, je l’accueillerais avec plaisir.


IAO - 2005
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.