Projection privée du film Timeless 2013évenement Mylène Farmer - 16 mars 2014


L'événement

Le dimanche 16 mars 2014, une cinquantaine de fans ont pu assister à une projection ultra privée du film "Timeless 2013", avant sa diffusion en salles le 27 mars. Pour gagner sa place, trois concours avaient été organisés par RFM (partenaire officiel), le magazine Têtu et le site Web Charts in France. Cette projection a eu lieu à 11h au Cinéma Gaumont Opéra (côté Capucines) à Paris.


Témoignage de David

Nous arrivons vers 10h20 au Gaumont Opéra, là, attendent déjà une vingtaine de personnes... Nous entrons dans la salle vers 10h40, nous n'avions pas droit aux smarts phones et autre appareils numériques, mais aucune fouille... Arrivé dans la salle , il y avait sur chaque siège un sac en toile RFM avec à l'intérieur, un porte clef de la radio et un pass collector Mylène Farmer Timeless 2013 projection privée. (très sympa comme collector). Nous devions être à peu près 50 personnes dans la salle, un public majoritairement masculin, respectueux, sage. (en même temps un dimanche matin à 10h30, je suis rarement hystérique!) Le film commence à 11h00 précise.
La ville de Lyon est mise à l'honneur, on y voit de superbes images extérieures de la Halle Tony Garnier, le public entrant dans la salle au fur et à mesure, le tout avec en fond sonore le remix d'A l'ombre qui était diffusé avant chaque concert, le public est présent à l'image, très présent, il en ressort une ambiance complètement démente! Puis le show commence, l'image est superbe, Mylène est vraiment très belle, il est agréable de voir en gros plan les superbes costumes de Jean Paul Gaultier... Je ne vous résumerai pas le show, car nous le connaissons tous, mais je peux vous dire que François Hanss et son équipe ont fait un travail extraordinaire. Il en ressort de ce film, une très belle énergie, le public y est vraiment très présent, une multitude d'images... le show est intégral, on y retrouve Elle a dit, l'interlude Robots (époustouflant) des caméras dans les yeux des robots ou est ce un effet, qui nous permettent de voir la salle à travers les yeux des robots! Génial! Superbe moment remplit d'émotion avec Je te dis tout et Et pourtant. Contrairement au CD live, nous avons droit à la reprise de "Désenchanté", ainsi que celle d'À l'Ombre et biensur Maman a tort! Générique de fin: sur l'instrumental de À-t-on jamais, on y voit des gros plans du public, et la salle se vider, à la fin, le logo de Lonely Lisa entouré de 2 robots qui se marrent! juste avant un petit message de remerciement de Mylène avec son autographe. La salle, très calme était complètement happée par le film et a applaudit à la fin!
Personnellement, j'ai adoré ce film, il est parfait, tout y est, tout est fidèle comme lorsque je l'ai vu à Bercy!
Vivement le 27 mars pour vous tous, (je ne vous raconte pas tout pour un peu de surprise quand même!) et surtout la sortie en DVD.


Témoignage de Ludovic

C'est très conforme à ce que l'on a vu en live, c'est même assez fidèle je pense à la fin de la tournée car on l'a sent à l’aise, les reprises sont là, même les bisous pour les danseurs!
Pour la première fois les écritures du générique de début se font sur l'attente du remix d'A l'ombre diffusé dans la salle et non pas sur l'introduction du live en lui-même Timeless Genesis! Il n'y a pas la police de caractère "MYLENE FARMER" qu'on a depuis l'album Monkey Me mais une police majuscule toute simple.
L’introduction est très impressionnante, bien qu’un peu trop entrecoupé de gens du public, mais c’est vraiment… impressionnant! Cette entrée ça claque mais tellement bien! Autant en vrai qu’en film ça fonctionne, et pareil pour le final.
Sur A force de on est à la limite de passer à côté du déploiement de lumière quand le refrain commence, c’est un peu dommage de louper ça… mais ça reste très fidèle et efficace à la réalité! Dès que la porte s’ouvre alors on a tout de suite un gros plan (il y en aura des tonnes durant tout le concert des gros gros plans!) de Mylène et on se rends compte qu’à l’ouverture elle laisse ses yeux fermés jusqu’à la presque première phrase. On notera qu’elle fait la même chose sur Désenchantée
Comme j’ai mal : un peu dommage, parce que y avait de belles lumières, mais on passe à côté à force de gros plans sur Mylène, moins bien qu’en vrai! Et après ce genre de petits détails j comprends mieux à présent ceux qui trouvent le premier tableau très long, en live je trouve que ça passait mieux! Quoi qu'il en soit tout est bien restitué.
On loupe un peu les lumières sur C’est une belle journée au niveau des sons électros sur l’intro, quand les lumières en hauteur se balancent en rythme… j’sais pas si je suis assez clair! Du reste c’est un moment très bon! Quand les robots apparaissent avec leurs yeux rouges, François Hanns a eu l'idée de les humaniser c'est à dire de les munirs d'une caméra et donc on voit par moment ce que eux voient! Il y a un filtre rouge sur l’image pour qu’on comprenne qu’on est dans les yeux des robots, très bonne idée! Ca peut parraître un peu cheap parfois mais ça fonctionne vraiment très bien sur Timeless ballet qui est une réussite totale niveau montage!
Monkey me, toujours aussi efficace, avec une différence vocale à la fin par rapport au CD!
Elle a dit est très jolie. Pas de surprises vocales, on dirait presque la version studio vocalement!
Je trouve Slipping away pas à son avantage, je trouve qu'on voit pas assez les lumières alors qu'il y en avait partout!
La version de Les mots est différente du CD, elle y est très émue et donc demande quelques instants à Yvan avant de commencer! Celui ci même est très souvent filmé, tout comme les musiciens et ce formidable batteur qui met la pêche pendant tout le show! Très beau moment le piano voix, vraiment, j'adore. On peut voir que son faux-cils se barre! Aussi, à cause de la robe paillette pour les slows, y a un moment on croirait qu'elle goutte du menton mais c'est un faux reflet: il n'en est rien ;) Par contre on a tous entendu au moment de remercier Gary Jules "je suis très heureux qu'il soit avec nous" Les "dialogues" sont différents du CD!
Je te dis tout franchement superbe. Superbe, très proche du premier ears de Nantes qu'on a, à la différence qu'à la fin les gens applaudissent en rythme (bon pas longtemps parce que le public s'emballe toujours au niveau de la métrique donc ça s'étouffe sur la fin)... Très émue, elle chante pratiquement toute la chanson... puis une larme, un regard si beau... Non un des plus beaux moments du concert pour moi qui me manquait tellement dans le cd!
Dans Et pourtant... à la réalisation y a des fondus au noir, j’trouve que ça change un peu, c’est d’un très bon effet je trouve.
Désenchantée est forcement formidable, avec la reprise et ce son de fin un peu sous mixé mais là quand même! Cette version est diablement efficace! C’est, depuis le live 96, LA version qui prends la relève selon moi! Si fidèle au studio, si… vivante! D’ailleurs sur l’intro du titre, juste avant que le premier accord soit joué on a un gros plan sur Mylène avec seulement l'écran qui l'éclaire derrière elle. Puis dès le premier accord elle passe au rouge, j'ai trouvé ça super réussi, j'ai adoré visuellement.
Je trouve que Bleu noir ne fonctionne pas... Enfin sauf qu'elle balance ses bras à la fin et c'est peut-être la seule fois du concert où on voit qu'elle a une énergie physique lol
Pendant Diabolique mon ange lors de l'outro on voit un backliner accorder une guitare et attendre. Bon faut vraiment l'voir hein lol Puis elle s'en va "plusieurs fois" à la manière Alice au live 96 quand elle se baisse, j'aime bien ça
Sans contrefaçon est pauvre de mise en scène mais c'est plus flagrant à l'image je trouve!
Maman a tort est formidablement spontané en fait, elle le reprend une seconde fois :)J'pensais que ce serait coupé ce genre de choses, très content! D’ailleurs on devine, quand Mylène demande à Yvan de jouer le gimmick au clavier, qu’il lui répond « pas mal »!
Je t'aime mélancolie est parfait dommage que pendant le pont elle s'arrête de danser! J'me sens très chanceux de l'avoir vu faire la chorégraphie en entier lors de mon deuxième soir à Bercy! Et sur l’outro… bon moi j'm'en fous qu'on ait des bourlets ou quoi, d'ailleurs j'aime que les danseurs cette année ne soient pas scultés à la perfection mais pendant l'outro de Je t'aime mélancolie y a quand même de gros ralenti sur des bourlets et c’est pas du plus esthétique au ralenti lol
Ses sorties à l'arrache sont bien montés donc ça choque pas du tout, c'est plutôt même assez énergique dans le show!
XXL est formidable, A l'ombre je regrette qu'on ne voit pas mieux la choré mais ça passe quand même... On passe un peu à côté des danseurs du coup. Les chorégraphies ne sont pas vraiment mises en valeur mais au moins du coup on voit rarement qu'ils ne sont pas ensemble lol
Puis le final sur Rêver c’est franchement, mais tellement beau. Mais tellement. Ca passe tellement bien sur le film, cette fumée qui tombe sans cesse, c'est magnifique! Vraiment!
Et en guise de générique final on a l'instrumental de A t-on jamais J'adore cette chanson et mieux encore: elle n'a pas son fade out! Donc on entends comment elle se termine normalement Moi j'adore ce genre de choses lol J'ai écouté les arrangements assez concentrés à la fin d'A t-on jamais. D'ailleurs j'y ai entendu un faux xylo faire l'air du couplet façon deuxième voix dans les aigus et ensuite dans les graves, j'avais jamais entendu! Mais surtout j'aime déjà cette chanson quoi qu'il arrive mais en entendant l'instru j'ai trouvé ça super bon! Et j'ai réalisé que le problème des chansons de l'album Monkey Me bah c'est la manière trop maniérée (ah ah) de Mylène de chanter de la merde. Parce que les paroles sont à chier et ne vont pas, et c'est ça qui pète tout parce que l'arrangement est bon quoi! Heureusement qu'il y a BoutBout moi j'dis...
Très bon ressenti parce que le son est superbement bien mixée, mieux que le tour 2009, on se sent dedans tout de suite! Y a pas un instrument ici ou là c'est surtout un jeu d'applaudissement mais ça envoie l'pâté quoi! Beaucoup de plans de Cassar sur la première partie, un peu moins après. Et le batteur mais génial quoi! Et en plus il chante! Non mais le mec il est génial! Bon il fait du playback batterie parfois genre Slipping Away et la cymbale d'Inséparables mais on lui en veut pas parce que... bah c'est peut-être le mec qui envoie le plus dans le spectacle et qui a le plus la pêche! Et d'ailleurs pendant Diabolique mon ange outro je me disais "putain mais sans batteur c'est tellement impossible en fait"! Il est très bon!
Les costumes sont vraiment superbe, les manches sont vraiment à la teinte de sa peau pour les deux premiers costumes (donc le dernier aussi)... D'ailleurs elle transpire pas mal dans le rouge de Sans contrefaçon, si on est vicieux sur tous les costumes on peut voir les auréoles lol Il rend mieux d'ailleurs qu'en vrai pour le coup, je l'aime pas trop
Et la robe slow je l'a trouvais très jolie mais là elle l'est d'autant plus, ça lui va tellement bien! Pareil le costume homme ça lui va parfaitement... Je crois que je ne l'ai pas trouvé si belle depuis très longtemps en concert tiens! Bon je crois qu'on s'est habitué aux joues puis vous verrez aussi parfois quand elle chante contre son micro ses lèvres on voit que... y a eu de la piquouse dans les lèvres, la forme n'est pas naturelle mais ça passe encore lol
Bref j'suis content content content!
Bon par contre je trouve que c'est un très mauvais choix de salle pour filmer! Car, comme c'est une salle en longueur, il n'y a aucuns espaces sur les côtés pour mettre les écrans et les enceintes. En gros on se retrouve toujours avec une enceinte dans la gueule ou un câble ou même une autre caméra sur les plans de loin, j'trouve que c'était pas judicieux comme choix. L‘introduction du film est jolie, on voit bien la Halle d‘Eiffel, et ça s'incorpore bien au show qui est métallique mais ça manque de... recul, la scène fait petite alors que pas du tout!
Et j'vous passe les milliers de plans (parce qu'il y en a pas mal) sur des gens qui pleurent, même sur Elle a dit! Beaucoup trop de plans de public faut le souligner, parce que c'est très peu victorieux! Mais un plan mignon où un tee-shirt est filmé "j'ai 6 ans et je suis fan de Mylène Farmer"
Bon puis y a pas mal de plans où on voit le carré VIP pas encore arrivé pendant l'avant concert et ça fait vide quand même, surtout que, comme d'habitude, on nous redistribue ce genre de plan entre les chansons pour pas nous laisser dans le noir et l'attente!
Et, Ô surprise, on a eu un ptit sac sur nos sièges, rfm, avec un pass exclusif limité, avec la date imprimée et tout et tout, un ptit gadjet souvenir qui fait plaisir!
François Hanns était là, mais n'a rien dit, n'a rien présenté, dommage, ni personne pour introduire la séance, les lumières se sont éteintes et paf! C’était un peu froid. Ambiance très studieuse, personne qui chante, ni appalaudis, juste à la fin... Juste quelques personnes s’étant reconnu ont criés donc c’était drôle et vraiment sympa! Pas tant de monde que ça, on devait être une cinquantaine, pas beaucoup plus!
Bon puis se taper deux heures d'un concert le matin ça claque en fait lol En tout cas c'est avec plaisir que j'y retourne le 27 parce que... c'est toujours aussi pro quoi! Et que, malgré des détails quand on connait bien le concert en réel, on sait qu’on va y perdre filmé, on peut pas tout avoir, ni en vrai tout voir finalement! C’est vraiment du très bon.


Témoignage de Nina

Le rendez-vous était à 10h30 devant le Gaumont Capucines et la projection à 11h. Ils avaient mis la file d'attente dehors avec une petite affiche Timeless, ce qui fait que nous avons pu profiter du soleil. ^^ A l'entrée on nous a demandé de remettre nos téléphones et appareils photo à l'accueil, là même où nous donnions nos noms qui étaient sur une liste, mais nous n'avons pas été fouillés. Nous nous sommes installés dans une petite salle, nous ne devions pas être plus de 50 chanceux à assister à cette avant-première ! Hanss est arrivé mais il n'a pas pas introduit le film : il est directement parti s'installer en fond de salle. Niveau ambiance c'était calme et respectueux, pas de fan hystérique parmi les convives.
Le film a commencé par un générique atypique par rapport à ce que nous propose habituellement Farmer sur le Tony Romera Club Mix "A l'ombre". Dans l'ensemble j'ai beaucoup apprécié le film du concert, bien vivant, bien dynamique sans tomber dans le changement de plan intempestif. Une excellente représentation cinématographique de la tournée ! De très beaux plans, une Mylène magnifique, de belles couleurs, un très bon son. Le rendu des passages avec les robotes est génial ! J'avais envie de me lever pour danser sur C'est une belle journée ! On voit bien les musiciens et les choristes dans le film.
Par contre j'ai trouvé dommage qu'il n'y ait pas plus de plans larges pour apprécier les lumières, les déplacements du décor, et les backdrop. Je n'ai pas trop accroché à Bleu noir (je trouve que ça ne reflète pas ce que j'ai ressenti de ce merveilleux moment durant la tournée), sur Monkey me je pense que l'équipe de montage a bien dû se faire chier pour rendre l'ensemble parfait (et ça se voit un peu, par fois ce n'est pas très raccord), et j'ai eu du mal à écouter Inséparables parce que je trouve que le micro cymbale était trop fort et je n'aime pas du tout ce bruit de cymbale sur cette chanson (comme en version studio en fait, alors que durant la tournée j'ai appris à l'aimer parce que justement on l'entendait moins). Et pour chipoter, quelque détails : il y a 4-5 plans de fans qui ne sont pas trop à leur avantage, et la tête de Cassar non plus sur le premier tableau.
Le générique de fin est dans la continuité de celui du début. A la fin il y a une dédicace de Mylène avec "Merci de m'avoir tant donné". Puis le logo Lonely Lisa avec deux robotes de chaque côté.
A la fin les gens ont applaudi. J'ai versé ma petite larme sur le final (trop beau !).
A noter que pendant le film, on voit quatre couleurs différentes de bracelets Fosse Or sur les plans public : jaune, orange, rose, et violet.
Nous avons eu un sac et un porte-clefs RFM avec un badge collector de la projection, daté.
C'était une bien belle matinée, je suis tellement heureuse d'avoir pu voir Timeless au ciné ! C'était super de se replonger dans l'ambiance de la tournée. Et puis j'étais accompagnée par cinq charmants jeunes hommes, et ça c'était le top !


Témoignage d'Etienne

9h30 : devant le Gaumont du Boulevard des Capucines, je suis le premier, avec un ami. Dans une très bonne ambiance, les autres chanceux arrivent et nous patientons jusqu’à 10h30 pour l’ouverture de la porte. Portable confisqué puis nous entrons dans la salle, sur les sièges je découvre le joli Pass confectionné pour l’occasion.
11h, Francois Hanss arrive et se glisse au fond, nous sommes 56 personnes dans la salle, le film commence.
Le générique de début présente la salle de Lyon sous différents angles avec des détails sur les fans qui courent au ralenti pour rentrer dans la Halle Tony Garnier. Le son est excellent dans la salle de cinéma et je suis immédiatement rassuré d’entendre le public, non pas comme dans le CD Live mais comme au concert ! La même ambiance !
A force de..., Mylène est sur l’écran HD, plus belle que jamais, les plans caméra sont somptueux, il y a du dynamisme dans le montage. J’ai aimé dans C'est une belle journée voir la vision des robots avec l’aide d’une caméra GO PRO, la vision des robots (ou de ses filles) est rouge. Je trouve Mylène souriante, le montage rend les chorégraphies parfaites.
Plus loin, entendre Elle a dit me rassure, des plans de fans qui changent, une vue dans la fosse comme si on y était.
La voix de Mylène, dans l’ensemble, est plus audible que sur l’album Live, le son concert est respecté, je suis fan, j’écoute, la salle est calme, calme par le choc visuel que nous recevons.
Le duo avec Gary Jules est superbement filmé, on les voit proches, des détails des mains de Mylène sur sa taille, des plans de dos avec vu sur les spectateurs.
Je te dis tout sans trop de larmes, juste ce qu’il faut d’émotion. Et pourtant... est pour moi le moment que j’ai le plus apprécié en concert, je retrouve l’émotion, je retrouve le son, il me semble que la chanson a été réduite… un couplet, un refrain, un couplet.
J’ai pu remarquer lors des concerts les prompteurs sur scène, ils sont ici effacés lors des plans de dos ou de coté.
Il n’y a pas de grosses erreurs de montage, sauf pour une chanson, A l'ombre ou la veste est soit sur l’épaule de Mylène, soit main tendu vers le sol.
La qualité HD me fait redécouvrir des détails des costumes de Jean Paul Gaultier, la coiffure ou le maquillage.
Un très bon moment, nous avons tous applaudit après le générique de fin (qui ressemble a celui du Stade de France) et M. Hanss est resté avec nous et nous a écouté, remercié et félicité.
Merci a Mylène RFM et Francois Hanss pour ce si joli moment.
Pour l’anecdote, je suis venu accompagné d’un ami, monteur professionnel, qui n’est pas fan de Mylène, il a aimé du début à la fin !


Témoignage de Woodstock

Dimanche 16 mars 2014, Gaumont Capucines, 10h.
La file d’attente, signalée par une affichette reprenant le visuel de l’album live, est dressée sur le trottoir côté rue de la Chaussée d’Antin. Le groupe d’invités est restreint et l’attente se déroule agréablement, au soleil. Pendant celle-ci, François Hanss, portable à l’oreille, sort du cinéma pour faire les cent pas sur le trottoir avant de regagner l’intérieur.
C’est peu après (et avec un peu de retard sur l’horaire annoncé) qu’un employé du cinéma sort pour nous prévenir que nous allons être admis après vérification de l’identité des gagnants des différents concours (RFM, Têtu et ChartsInFrance)…et confiscation des « portables, appareils photos, iPad et autres » ! Dans la file, quelques personnes relèvent que le procédé est douteux, que cela n’est probablement tout à fait légal et qu’on n’est sans doute pas obligés de s’y soumettre mais néanmoins tout le monde s’y plie de bonne grâce…d’autant qu’il n’y a en réalité aucune vérification de la part des deux employés qui admettent chaque gagnant, pas de fouille ni vérification des sacs.
La projection a lieu dans la salle 5, une petite salle du rez-de-chaussée. À peine une dizaine de rangées de fauteuils. Nous sommes en effet à peine plus de cinquante. Sur le dossier de certains fauteuils sont étalés des sacs en toile, façon sac de marin, siglés RFM. Ils contiennent tous un petit porte-clés publicitaire avec le logo de la station et une lanière souvenir avec le logo MYLENE FARMER, le nom du film et la date de la projection. Ce n’est pas très utile (pas plus qu’un faux pass dans une édition CD collector… !), un peu cheap, mais l’attention d’offrir un petit cadeau supplémentaire aux gagnants est appréciable quoiqu’il en soit !
Avant le début de la séance, l’écran affiche la pochette du live. Les gagnants et leurs accompagnateurs continuent de pénétrer dans la salle. Malheureusement, aucun organisateur n’étant présent pour nous accueillir, tout cela se fait dans un silence poli et certains prennent place sur des fauteuils sans sac RFM qui, il faut bien le dire, dans l’obscurité passent plus pour des appuie-tête que des goodies. Ceux-là passent donc à côté de leurs petits cadeaux.
François Hanss entre à son tour dans la salle, se dirige vers le fond, pénètre dans la cabine du projectionniste, en ressort, prend place au fond. Beaucoup l’ont reconnu mais chacun attend la suite, pensant sans doute qu’il va nous présenter le film avant de lancer celui-ci.
Le noir se fait alors dans la salle sans que lui ou aucun représentant de Pathé, de RFM, de la maison de disque ne nous ait accueillis, remerciés d’être là ou que sais-je. C’est vraiment dommage que personne n’ait ‘incarné’ cette avant-première, cela aurait très sans doute installé une ambiance ou du moins un lien.
Le film est à l’image du spectacle…selon ce qu’on pense de celui-ci. Il souligne ses défauts et accentue ses qualités.
Le montage reprend, comme celui du Stade de France, le spectacle dans son intégralité et dans sa continuité en temps quasi-réel, ce qui est très appréciable. Il semble qu’il n’y ait pas de plans tournés face à une salle vide, comme ça a été le cas pour certains des films précédents. Dans le même esprit, très peu de faux raccords, à peine remarquables, et pas de plans d’une séquence injectés dans une autre, comme certains autres lives en souffraient.
Le film compte plusieurs trouvailles très agréables, qui offrent une autre vision du show. Au premier rang de celles-ci se trouvent le point de vue des robots grâce à la caméra implantée dans leur front. À chacune de leurs apparitions, quelques plans en caméra objective et teintés de rouge nous offrent à voir ce qu’ils « voient », parfois accompagnés de bruits ‘robotiques’. Cela peut être aussi bien la salle que Mylène ou le robot qui leur fait face…ou parfois même nous donner le tournis quand le robot dont nous sommes soudain les yeux fait une large rotation !
Sur « À Force de… » et « Comme j’ai Mal », une caméra placée en arrière-scène offre de belles prises de vue à travers la rosace et offre ainsi des plans de Mylène face à la salle, comme on en reverra plus tard dans le film.
À la façon du magnifique plan concluant « Ainsi Soit Je…» au Stade de France où une caméra aérienne partait de la scène centrale pour s’envoler et offrir une vue plongeante du stade, « Et Pourtant… » se finit de la même façon, ce qui est tout autant réussi et beau.
Sur « Bleu noir » à un moment il y a un plan filmé depuis la nacelle. Je ne sais pas avec quel dispositif exactement, si la caméra est placée sur le bras ou sous la plateforme, mais du coup on survole le public le temps d'un plan !
Quelques effets de mise en scène passent malheureusement à l’as. Ainsi la création de la croix faite de lumières au début de « Diabolique mon Ange » n’est pas montrée, pas plus que le très beau jeu de lumière circulaire sur l’introduction de « Comme j’ai Mal ».
« Je t'aime Mélancolie » reste probablement le meilleur moment du spectacle comme du film. Son montage ici est particulièrement énergique et entraînant.
L'excellente qualité du son est à souligner. Non seulement le mixage audio est parfait et restitue exactement le live (la bande son est d'ailleurs parfois différente de celle gravée sur CD) mais en plus la répartition du son dans la salle de cinéma est particulièrement réussie et constitue réellement une expérience unique.
À la façon des lives précédents, le film présente beaucoup, beaucoup de plans de coup sur le public. Premier rang oblige, celui-ci est très caricatural. Ce sont d’ailleurs, pour beaucoup, toujours les mêmes têtes d’un live à l’autre, parfois habillées des mêmes vêtements (!), avec des expressions souvent trop appuyées, qui au final prêtent plus à en rire qu’à partager une émotion. Sur la longueur, il faut reconnaître que ces plans de coupe sont pénibles.
En contrepartie, les plans sur les musiciens et les choristes sont tout aussi nombreux et appréciables. Ils rappellent l’entrain de toute l’équipe : les sourires des choristes (et leurs petites chorégraphies à chaque chanson !), les grimaces du batteur qui s’amuse beaucoup tout au long du film quand il ne chante pas lui-même, Eric Chevallier et sa peluche etc. Yvan Cassar, sans doute en sa qualité de directeur musical, est très présent à l’image.
Le générique de fin est accompagné de l’instrumental de la chanson « A-t-on jamais », comme c’était le cas régulièrement pour accompagner la sortie du public pendant la tournée, quand ce n’était pas celui de « Elle a Dit », prolongeant ainsi l’ambiance du spectacle. Une petite dédicace de Mylène, une dernière apparition furtive des robots en forme de clin d’œil pour clore les crédits déride la salle qui rigole à l’unisson. C’est, de toute la séance, la seule réaction commune, suivie aussitôt, alors que les lumières se rallument, d’une salve d’applaudissements à l’adresse de François Hanss.
Celui-ci, qui avait quitté la salle sur « Mad World » pour regagner sa place sur « Et Pourtant… », reste en bout de rangée au fond de la salle alors que chacun se rhabille et quitte les lieux. Beaucoup le regardent, sans doute aimeraient le saluer, échanger quelques paroles, tout comme lui sans doute aimerait recueillir des impressions à chaud. Tandis que je quitte la salle, je n’ai rien vu de tel, en tous les cas. Une certaine pudeur ou timidité aura peut-être inhibé tout le monde. Si cela était appréciable pour visionner le film sans spectateurs se levant, chantant etc. cela reste malgré tout un petit regret pour cette occasion unique de visionner le film d’un concert en présence de son réalisateur, d’autant que l’on sait maintenant qu’il n’est pas avare en échanges –et avec bonheur !
Une prochaine fois, peut-être ?



Photographies / visuels

Projection privée du film Timeless 2013
Projection privée du film Timeless 2013
Projection privée du film Timeless 2013
Projection privée du film Timeless 2013
    

Vos réactions

Votre pseudo :