ConnexionAccueil0 Commentaire


Alain SuiedInspirations de Mylène Farmer


A quoi je sers... (Paroles)

Alain Suied / Gilgul

Pour Mylène

Quand le vent racontera
notre histoire
à l'herbe, au fleuve
à l'oreille des forêts
quelle
poussière
seront-nous devenus ?

Loin de l'espèce

un arbre, un rêve
le souffle d'un retour ?

La secrète mémoire
de la terre
le cri glacé
des univers
la rumeur sans paroles
des premiers arrachements.

Quelle poussière
serons-nous devenus ?
Quel regard poserons-nous
sur le monde retrouvé ?

Quand notre coeur secret
saura
que rien ne vient réparer
le rêve étrange et pur
de la petite enfance
quelle poussière serons-nous devenus ?

Au coeur de l'espèce

et soudain étrangers
comme le cri d'un éclair ?

Le secret amour
des disparus
le chant gelé
du passé
la rumeur sans fin
des premières désillusions.

Quelle poussière serons-nous devenus ?
Quel regard poserons-nous
sur le monde dépossédé ?

Nous serons
toutes les étoiles d'un seul ciel.
Nous serons mélangés
à une seule histoire commune.

Une seule matière errante
une poussière vivante aventureuse

et nous jouerons
de forme en forme
de galaxie en galaxie
sur le front de l'infini.

Poussière vivante, je cherche en vain ma voie lactée

Poussière errante, je n'ai pas su me diriger

Poussière brûlante, la fièvre a eu raison de moi
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.