ConnexionAccueil0 Commentaire


Henry JamesInspirations de Mylène Farmer


En Concert 89 (Concert)

Henry James / Le tour d’écrou

Pour Mylène

Le Tour d'écrou (en anglais, The Turn of the Screw) est un roman d'Henry James, paru pour la première fois en 1898.

Cette œuvre courte est considérée comme un patron particulièrement réussi de la littérature fantastique en instaurant une tension "du réel", où le lecteur ne cesse d'osciller entre une interprétation rationnelle ou une interprétation surnaturelle des faits.

Ce roman fut largement salué lors de sa parution, autant par la critique que par des auteurs reconnus ; Oscar Wilde et Jorge Luis Borges entre autres. Aujourd'hui encore il ne cesse de nourrir la réflexion de nombreux commentateurs du genre, Tzvetan Todorov en tête.

Le narrateur assiste à la lecture du journal d'une gouvernante. La jeune femme a été engagée pour veiller sur deux orphelins, Flora et Miles, dans une vaste propriété isolée. Mais le comportement des enfants est de plus en plus étrange. La gouvernante assiste elle-même peu à peu à d'effrayantes apparitions, dont celle d'un homme, un ancien serviteur nommé Peter Quint, qui entretenait une liaison avec la précédente gouvernante, Miss Jessel. Or tous deux sont morts peu avant l'arrivée de la nouvelle gouvernante et semblent toujours exercer sur les enfants une attirance maléfique.

Littéralement le titre original se traduit par le tour de vis (« screw » est le mot anglais pour « vis »), auquel on peut rapprocher l'expression « turn the screw » signifiant « exercer une pression psychologique ».
Ceci fait référence à la tension perpétuelle qui agite les personnages ; et aux multiples événements qu'ils ont à affronter. Une analyse plus poussée est cependant nécessaire afin de rendre toute la polysémie du titre.

=> Télécharger le livre en PDF <=
=> Télécharger le livre audio <=

Confidences de Gilles Laurent (co-concepteur du concert) :
"On avait, avec Laurent, une fascination commune pour une certaine littérature, qu’on pourrait illustrer par « Le tour d’écrou ». Un roman angoissant et tragique, à la fin obscure, que beaucoup de cinéastes ont vainement essayé de restituer. Il s’agit de l’histoire d’une hantise qui touche un enfant. Le visuel du spectacle de Mylène a très naturellement été imprégné par cette littérature du XIXème, morbide, effrayante et romantique. Mais je ne sais pas trop ce qui en est resté dans le spectacle, au final."
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.