ConnexionAccueil1 Commentaire


Pourvu qu'elles soient douces (Paroles)Inspirations de Mylène Farmer


Robert Doisneau

Regard oblique

MF : Pourvu qu'elles soient douces


Série de photographies "Regard oblique" (1948) : le photographe s'est caché à l'intérieur d'une galerie d'art et braque son objectif sur les passants qui s'arrêtent devant la vitrine de la galerie Romi (rue de Seine, Paris VI). Inconscients d'être pris en photo, ils laissent le naturel faire surface. Sur le plus connu des clichés de cette série, la proie de Doisneau est un couple. La femme est plongée dans un tableau que nous ne voyons pas. Elle semble expliquer son point de vue à son mari, mais celui-ci ne prête pas la moindre attention au discours de sa pauvre épouse et glisse un regard curieux vers le tableau de Wagner accroché à gauche de l'image. Cette oeuvre représente une femme nue qui offre au regard du spectateur son généreux postérieur.

Extrait de la chanson de Mylène :
"EH MEC !
Ton regard oblique
En rien n’est lubrique
Ta maman t’a trop fessé
Ton goût du revers
N’a rien de pervers
Et ton bébé n’est pas fâché"

De plus, l'ensemble du texte pourrait s'appliquer au contexte de la première photographie de cette série !

(merci à viracocha)
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.