Propos de célébritésLes people parlent de Mylène Farmer

new Les dernières citations ajoutées


Propos de célébrités : OrlandoORLANDO (Facebook, 12/10/2016)
Dalida avait découvert Mylène Farmer pour la première fois (je me souviens très bien !) a la télévision en 1985 dans une émission de télévision ou elle chantait "Maman a tort" et "On est tous des imbéciles". Dalida avait eu un véritable coup de cœur pour cette artiste !

Propos de célébrités : Jean-Louis MuratJEAN-LOUIS MURAT (lesoir.be, 06/2016)
- Mylène Farmer, Isabelle Huppert, Camille, Jennifer Charles du groupe Elysian Field, beaucoup de femmes traversent en filigrane votre carrière grâce à ces collaborations. Vous aimez être le couturier de ces dames ?
- Je n’ai jamais imaginé chanter avec quelqu’un qui ne m’excite pas sexuellement. Je crois que c’est le fond de la chose et j’en ai souvent parlé avec Mylène. D’arriver à ce que nos deux voix ne fassent qu’une et rechercher une espèce de fusion des corps et des esprits pour que les voix fonctionnent ensemble. Toutes les femmes avec qui j’ai chanté, j’ai bien voulu le faire parce que j’étais amoureux d’elles. Et elles étaient suffisamment pertinentes et intelligentes pour que tout se passe dans le non-dit.

Propos de célébrités : MobyMOBY (Autobiographie "Porcelain", 06/2016)
J'avais un petit resto à New York et un jour est entrée une jolie Française. Elle a bu un café, m'a laissé son CD. Quand je suis venu à Paris, je l'ai vue sur d'immenses affiches. C'était la plus grande chanteuse française et elle ne m'avait rien dit. Pour moi, c'est juste une adorable personne, très humble, qui aime David Lynch.

Propos de célébrités : Aline Souliers (manager mannequins)ALINE SOULIERS (MANAGER MANNEQUINS) (Journal du Salon du Livre, 05/2006)
Ma belle amie Mylène...
Elégante et raffinée.
Le goût sûr.
Et l’intelligence aigüe des êtres, de la vie, des mots... Parler d’elle en l’écrivant me semblait une gageure insupportable. Et puis, mon envie qu’elle lise aussi comment je l’aime a été la plus forte. Et j’ai dit oui...
Article paru dans le journal du salon du livre en mai 2006 :
"Aimeriez-vous écrire un article pour le Journal du Salon du Livre ? me demande Suzanne Jamet. Je réponds timidement… oui… bien sûr j’adore écrire… Je regrette tout de suite mon arrogance. C’est prétentieux peut-être, cette certitude… Oui, j’aimerais beaucoup écrire un article. (Le conditionnel va la rassurer, c’est certain…) Y-a-t-il un sujet qui vous inspire particulièrement ? Heu… ai-je le choix ? Oui, dit Suzanne, par exemple, la littérature et la musique. Tout le monde pense Mozart en ce moment et j’ai peur qu’elle me propose Wolfgang. Je voudrais écrire Mylène Farmer, je dis sans attendre. L’asymptote la fait sourire. Mais pas l’idée, qu’elle trouve formidable. Saurez-vous écrire le mystère ?
Qu’est-ce que la mort, quel est le sens de la vie ? Le prodige aux allures de page se débat dans cette quête insatiable, une alternance d’inquiétude et de paisible luminosité, une sérénité insatisfaite. Mylène Farmer… c’est mon Mozart à moi, je décide.
Aussi noble, faisant le service d’honneur au langage, et n’en finissant pas de le pourfendre, le mettant sans cesse à mal pour mieux en tirer le substantifique amour. En musique avec ça.
Flux de taille, un feu de failles, du pareil au blême, la vie s’acide de dynamite, j’entends l’absence d’eux, son Q.I. moi, me rend coi,
Les mots se croisent, s’entrecroisent, s’amusent et se chevauchent, en gammes agiles qui deviennent autant d’arias, de ballades et de variations.
Toujours sur le même thème, l’autre, vous, moi, nous. La vie.
Marie est martyre, les lâchetés familières nous rendent guerrières, vivre est ce qu’il y a de plus rare au monde, tu sais le temps qu’il faut pour apaiser nos peines, réussir sa vie quand d’autres l’ont meurtrie, même si comprendre ne guérit pas… C’est sûr… Mylène Farmer n’aurait presque pas besoin de chanter parce que la musique, c’est déjà ce qu’elle écrit et quand elle le dit, on a parfois peur de ne pas tout entendre, d’oublier les vérités si troublantes qu’elle pleure devant nous sans honte parce que l’émotion des gens fait chanceler son coeur et la bouscule aussi,
Et c’est trop tard, les mots nous rentrent dans la tête et n’en sortiront pas de sitôt, on voudrait se souvenir de tout,
Redonne-moi l’autre bout de moi, mon inquiétude d’amour cache une envie de bonheur, j’ai dans mon autre moi un désir d’aimer comme un bouclier, j’attends que le coeur l’emporte, j’attends tout…
Mylène va au fond de son âme pour en tirer des cris de joie et de douleur, dont elle fait une harmonie, comme une définition du désir qu’elle communique à la ronde.
On sort de ses concerts l’intelligence chavirée,
Avec un besoin de toucher des mains, des envies de prendre dans les bras,
Ca vous remue profond, longtemps après, on chante avec elle,
Et dans le silence,
On l’entend encore."


Propos de célébrités : Rémy Sarra­zin (Les Musclés)RÉMY SARRA­ZIN (LES MUSCLÉS) (Voici, 02/2016)
Je sais que Mylène Farmer avec qui je devais faire deux Bercy avait répondu à l’un de mes amis ingénieurs du son lui annonçant qu’elle allait être accompagnée du bassiste de Doro­thée : "Ça m’éton­ne­rait."

Propos de célébrités : ZazieZAZIE (RFM , 25/10/2015)
Karine Ferri : je voulais savoir aussi, est ce que ça vous plairait un duo avec Mylène Farmer ?
Zazie : je sais pas si on est vraiment dans les mêmes univers après…. Pourquoi pas quoi, je ne m’interdis rien.
Karine : Ça ne vous est jamais venu à l’idée de faire un duo avec elle ou de lui écrire un texte ?
Zazie : Non, parce que je trouve qu’elle écrit ses textes et qu’il y en a dedans qui sont vachement bien et qui me touchent beaucoup, donc non, ça vient d’autant moins à l’idée de se dire «bah tiens, non là ça je n’aime pas ce qu’elle fait donc je vais lui écrire un truc » puisque j’ai du respect pour cette artiste.
Karine : parce qu’en même temps vous faites toutes les deux parties de la scène musicale française, on vous adore, les français vous adorent donc on pense à cette collaboration, on se dit « mais pourquoi pas ? Pourquoi pas ? »
Zazie : Après je pense que Mylène Farmer est quelqu’un de très, heu…. Elle a une timidité par rapport à ce métier aussi, elle se préserve beaucoup d’une espèce d’ouverture comme ça. Quand elle choisit ses duos, alors elle a fait un duo avec Seal, je sais qu’elle en a fait un récemment avec…..
Karine : Avec Sting ! Stolen car
Zazie Avec Sting ! Je pense qu’elle est peut être dans cette protection par rapport à elle-même qui fait qu’elle a pas tous les jours envie de chanter avec la Terre entière et je la comprends tellement puisque moi non plus en fait. [Rires] C’est-à-dire que dans mes albums vous allez vous rendre compte qu’il n’y a pas énormément de duos.
Karine : Non, c’est vrai, c’est vrai.
Zazie : voilà, après franchement c’est une artiste que je respecte et que j’admire. Je ne pense pas qu’on fasse notre métier tout à fait pareil.
Karine : C’est un choix pour vous Zazie de ne pas avoir forcément beaucoup de duo ?
Zazie : C’est pas un choix, mais je ne cherche pas le duo ! Alors quand je rencontre Axel Bauer, que c’est en plus mon copain, qu’il me fait écouter cette chanson et qu’il me dit « qu’est ce qu’on fait ? ». Là évidemment ! Et en plus on n’a pas cherché le duo, je devais lui écrire le texte, et c’est au moment où je lui ai fait la voix témoin, on s’est regardé et on s‘est dit « on est un peu couillons non ou pas ? » donc on va le faire nous-même. Donc non je ne cherche pas le duo, non je ne cherche pas forcément en fait ça. Je pense que la musique qu’on fait, n’est pas la musique qu’on écoute. Moi j’écoute Mylène Farmer, il m’arrive d’écouter certains morceaux que j’aime beaucoup voilà et c’est pas pour ça que je pense à faire de la musique avec elle.
Karine : D’accord

Propos de célébrités : Darius Keeler (Archive)DARIUS KEELER (ARCHIVE) (Telerama.fr, 12/2014)
Notre collaboration avec Mylène Farmer reste un grand souvenir. Elle a su créer un univers mystérieux très personnel. C'est une femme d'affaires brillante et une artiste unique. Je la considère un peu comme l'alter ego de Robbie Williams, s'enflamme Darius Keeler. D'ailleurs, elle a déménagé à Londres car à Paris, elle ne pouvait plus sortir de chez elle sans être traquée par ses fans et les paparazzi.

    

Vos réactions

Votre pseudo :