ConnexionAccueil0 Commentaire

Bruno Lépidi (Couturier)Interview Mylènium Tour - 2000


Inconditionnel de la chanteuse depuis ses débuts, Bruno Lépidi fut l’un des couturiers de Dominique Borg lors du « Mylenium Tour ». Entretien.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
J’ai 27 ans, je suis diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques de Théâtre de Lyon. Costumiers de spectacle. Je ne vous parlerais pas de mon enfance, mais… (rires).

Avez-vous toujours été attiré par la mode ?
Oui. J’ai toujours été attiré par la mode. Parallèlement au costume, je fais de la création.

Comment avez-vous débuté dans ce milieu ?
Je ne suis pas dans la mode. Comme je vous le disais précédemment, parallèlement au costume, je fais de la création depuis plus de six ans maintenant. J’ai été récompensé par des prix en 1992 (premier trophée des jeunes créateurs de mode) et en 1994 à Paris, Bruxelles. J’ai également eu différents autres prix.

Où travaillez-vous actuellement ?
Je travaille pour la société Mantille & Sombrero où je suis costumier. C’est donc cette société qui a géré le « Mylenium Tour » au niveau des costumes, de leur fabrication et des essayages.

Quelles ont été les rencontres les plus marquantes de votre jeune carrière ?
Je crois que c’est la personne avec qui je vis et avec qui je partage ma passion. Évidemment, je crois que ma rencontre avec Mylène Farmer fut également un moment très intense…

Vous appréciez Mylène Farmer depuis ses débuts…
Oui, j’apprécie Mylène Farmer depuis très longtemps bien sûr. Je me souviens de « Maman à tort » en 1984…

Comment est née cette passion ?
Je crois que c’était en 1988. Oui, en 1988 où j’ai reçu l’album « Ainsi soit je… » et en fait, cela m’a donné envie d’aller à sa première tournée, en octobre 1989 à Rennes. C’est assez marquant, parce que c’est l’année où j’ai débuté dans la couture, mes études. C’est aussi à cette période que j’ai découvert Thierry Mugler. Je crois que les deux ont fait un tout et cela a été une réelle émotion quand j’ai vu Mylène Farmer sur scène habillée par ses soins. Cela a été pour moi le déclic de la création, l’envie de créer, le goût du spectacle que j’avais déjà tout petit pour les marionnettes. J’ai su à ce moment que je voulais vraiment faire ce métier.

Pourquoi Mylène Farmer et pas une autre ?
C’est simple : pour la création artistique, pour ses shows, pour les décors, les costumes, toute cette scénographie qui pour moi est sublime. Mais aussi pour ses textes, le personnage, sa discrétion. Surtout pour la création !

Vous étiez-vous déjà rendu à l’une de ses précédentes tournées ?
Oui, je suis donc allé à Rennes en 1989 puis à Bercy en mai et décembre 1996. C’était amusant parce que l’un de ces jours, j’ai présenté une collection à Paris. Le soir même, je suis sorti avec les mannequins et des amis et j’étais devant le Queen (ndlr : une boîte de nuit parisienne des Champs-Élysées) quand Mylène Farmer est descendue de la voiture. C’était amusant de la croiser en ces lieux !

Que pensez-vous du travail respectif de Thierry Mugler en 1989 et de Paco Rabanne en 1996 ?
C’est magnifique ! Je ne me sens pas capable de juger leur travail ! Toute cette osmose, c’est vraiment sublime !

Y a-t-il une différence entre votre travail avec Dominique Borg pour le « Mylenium Tour » et celui de l’opéra ?
Non, je pense qu’il reste le même sauf que nous étions à Marseille et que nous avons vécu des journées entières ensemble et très tard. C’était une équipe. Même à Paris, nous y avons vécu plusieurs jours dans un petit atelier « volant ». Nous étions très proches. Mais cela reste le même travail finalement.

Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes de la création des costumes et quels étaient les souhaits de Mylène Farmer ?
Je ne sais pas comment la création s’est passée. Mais ce que je peux vous dire, c’est que Mylène était très à l’aise dans ses costumes.

Quels ont été vos sentiments lors de votre première rencontre avec Mylène Farmer ?
J’étais très nerveux et je crois qu’il a fallu que je reste très « zen » ! J’ai laissé le côté « fan » à la porte et je suis resté très professionnel. Ce jour-là, j’assistais Nathalie Paillon, la chef costumière, qui avait fait une première toile, pour le premier essayage du costume que Mylène porterais sur « L’âme-Stram-Gram ». J’étais vraiment ému puisque lorsqu’elle est arrivée, j’étais tout seul dans la salle. Elle est entrée, elle m’a serré la main, je me suis présenté et je me suis senti très gêné…

Pouvez-vous nous en dire plus concernant les essayages ?
Les essayages se sont passés à Los Angeles, en août. Je n’ai pas pu y participer. Je devais partir pour Los Angeles pour les essayages, mais à ce moment-là, j’étais injoignable. J’étais parti me reposer pour me préparer à l’aventure du « Mylenium Tour » à Marseille.

Le « Mylenium Tour » est une grosse machine. Est-ce différent de travailler au sein de cette équipe plutôt qu’une de cinéma ou de théâtre par exemple ?
Il y a beaucoup de techniciens, mais on se croisait quand même. Des personnes travaillent la nuit, d’autres le jour. C’est très organisé ! On était très encadrés ! Je crois que cela reste un peu la même chose que le cinéma, finalement. Avec le théâtre, il est rare de partir en tournée mais quand on part, c’est différent. A ce moment-là, je suis plutôt « costumier-réalisateur » et non habilleur… Mais je ne pars pas souvent en tournée. SI je pars, c’est plus pour les essayages. Avec le « Mylenium Tour », c’était assez exceptionnel de partir dix jours à Marseille pour terminer les costumes.

Avez-vous dû modifier certains costumes durant la tournée ?
Pas durant la tournée mais avant la première de Marseille. Peut-être un peu après, mais cela reste des choses techniques pour que Mylène et les danseurs soient à l’aise pour danser.

Il y a une robe vert émeraude que Mylène Farmer ne porte plus lors de son dernier rappel sur scène, savez-vous pourquoi ?
Oui, elle a disparu mais je n’en connais pas la raison. Je suis parti de Marseille le lendemain de la première. Je ne peux donc pas vous en dire plus…

Avez-vous déjà vu le show dans son intégralité et qu’en avez-vous pensé ?
Oui, nous avons vu et écouté le show dans son intégralité tous les soirs. Nous assistions également aux répétitions. C’est un superbe show, mais la première fois où j’ai vu Mylène, en filage, sur scène, ce fut une vraie émotion !

Le moment le plus fort, selon vous ?
Son entrée sur scène. Mais pour moi, c’était surtout de la voir répéter sur scène toute la journée !

Une anecdote sur ce Tour ?
Non. J’aurais peut-être quelques petites choses, mais je les garde pour moi (sourire). Peut-être des fans attentifs me demandant de les laisser entrer dans la salle. Sinon, rien que je ne veuille divulguer, désolé…

La robe couleur chair, aux arabesques faites de paillettes rouges, dessinant des flammes, que Mylène Farmer portait lors de son apparition à TF1 à « 100 % Johnny » est-elle née de la collaboration Borg-Farmer ?
Effectivement, c’est une création de Dominique Borg. C’est une de mes préférées avec la robe rouge sang de « Je te rends ton amour ».

Mylène Farmer Magazine - 2000
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.