ConnexionAccueil0 Commentaire

David Husser (Remixeur)Interview Remixes - 2005

Libertine et Fuck them all

Guitariste de Y-Front jusqu’à la séparation du groupe en 2005, David Husser se consacre depuis à la réalisation d’albums. Co-auteur avec Christophe Benoin des remixes de « Libertine » pour « Remixes » et de « Fuck them all », il se livre ici en toute simplicité.

Comment s’est passé le premier contact pour « Libertine » ?
Par l’intermédiaire de Lionel Grosheny, chargé de production de l’album et travaillant aussi chez Polydor. Faire un remix de Farmer aurait pu selon lui favoriser la sortie d’un album de Y-Front chez eux.

Pourquoi « Libertine » ?
J’aurais préféré « XXL » ou « L’instant X », qui ont un bon potentiel pour en faire des versions électrorocks. Mais c’est finalement « Libertine » qui a été remixé, sous l’impulsion de Christophe.

Vous a-t-on imposé des contraintes ?
Le temps ! Seulement trois jours ! Nous avons demandé une journée de studio pour finaliser le mixage, et c’est apparemment inhabituel… Mais la validation a été très rapide : seulement quatre heures après la sortie du studio ! Peu de temps après, sa sœur Brigitte nous a appelé pour nous dire que Mylène adorait notre remix.

Comment s’est passée la réalisation du remix ?
Une impression de totale maîtrise de la part de la maison de production et de Farmer elle-même. Une des plus grosses difficultés a été de supprimer les kilos de reverb’ posés sur la voix… Sans cela, le remix aurait manqué d’homogénéité. L’élaboration du break a été appréhendée comme une éjaculation ! Il en est ressorti une version disco-électro, avec des guitares à la ZZ Top. L’objectif ici était clair : faire un truc sur lequel les gens pouvaient remuer !

Mylène vous a rappelé pour « Fuck them all » deux ans plus tard. Comment s’est passée cette nouvelle collaboration ?
Là encore, nous avons reçu les fichiers quelques jours avant la gravure finale du disque ! Le remix s’est fait dans l’urgence et nous n’avons hélas pas pu passer en studio pour le mixage final. Je ne suis pas pleinement satisfait du résultat, surtout au niveau des guitares, que je qualifierait de « bordéliques ».

Comment avez-vous réagi quand vous avez appris le titre du single ?
Surpris. Nous n’avons pas compris le sens de la chanson, et encore moins ce pont ! La version studio est pour moi une version beaucoup trop lisse d’un titre qui aurait pu être plus pêchu. Mylène hurle « Fuck them all » avec une toute petite guitare derrière ! On sent un profond dilemme chez Mylène, qui oserait beaucoup plus de choses si elle n’était pas « bridée » par la musique de Boutonnat qui manque, selon moi, d’originalité. Je ne suis pas fan des nappes de synthés. Globalement, même les L5 sont plus originales, car elles savent évoluer niveau musical (bon ça reste du L5 hein !). Lui ne partirait pas aux States pour trouver des mélodies : il fera toujours du Boutonnat… C’est le côté commercial qui l’emporte. En même temps, se risquer à faire quelque chose de différent, c’est aussi risquer de mettre en péril les gens qui travaillent avec eux, c’est une certaine responsabilité.

Suivez-vous la carrière de Mylène ?
Oui bien sûr. Je suis né en 1974 et j’ai été bercé par le Top 50 et donc Mylène. Mais je préférais Indochine, ce qui m’a d’ailleurs amené à remixer « Le grand secret » pour eux.

Que pensez-vous de la façon qu’a Mylène de gérer ses rapports avec les médias ?
Farmer, c’est tout un monde ! D’après ce qui se dit, elle serait quand même bien allumée ! Mais il ne faut pas se leurrer. Si elle est toujours là au bout de vingt ans, c’est grâce aux fans. Je suis moi-même fan et collectionneur de The Cure et je comprends la fidélité envers les artistes. J’ai rencontré quelques fans et j’ai pu toucher de près la dévotion mystique qu’engendre Mylène !

Question peut-être indiscrète et plus terre-à-terre : combien est payé un remix ?
Pas de tabous ! Le remix de « Libertine » nous a été payé entre 3000 et 4000 euros, celui de « Fuck them all » un peu plus, car elle tenait à ce que ce soit nous. Mais avec Mylène, impossible de négocier ! C’est ça ou rien !

Mylène sort des maxis et des albums de remixes. Quel est selon vous son intérêt à proposer des remixes de ses titres ?
Les remixes de Boutonnat n’étaient pas très calibrés pour les clubs. Mylène veut probablement explorer des milieux plus pointus. Elle a besoin de ces remixes pour être diffusée en club, être perçue comme étant plus moderne et gagner ainsi en crédibilité.

L’album « Remixes » a été plus ou moins bien accueilli par les fans. Avez-vous écouté cet album dans son intégralité, et si oui, qu’en pensez-vous ?
Globalement, j’ai été déçu par cet album, plus alimentaire qu’autre chose.

Pensez-vous que Mylène pourrait faire une carrière à l’étranger ?
Mylène est unique. Son personnage mi-suicidaire, mi-secret est unique. En plus, elle est absolument magnifique (il suffit de voir le clip de « California » pour s’en rendre compte). Elle a un côté affolant ! Donc oui, elle pourrait faire une carrière internationale. Si Britney Spears y arrive, pourquoi pas elle !

Mylène a enregistré un duo avec Moby… En avez-vous entendu parler ?
Moby est très malin… Sur l’album « Play », il utilise une musique super cheap pour mettre en avant des voix rugueuses. En fait, Moby serait le Boutonnat américain, en plus gros calibre : ils mettent tous les deux les voix en avant, avec une musique plutôt simple ! Ca peut donner quelque chose d’intéressant, oui !


Mylène Farmer et vous - 2005
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.