ConnexionAccueil0 Commentaire

Hervé Lewis (Entraîneur physique)Interview Divers - 2005


Après quelques rôles dans les premiers clips de Mylène, Hervé Lewis s’est occupé de la préparation physiqe de l’artiste pour chacune de ces tournées. Rencontre avec cet homme d’une rare gentillesse.

Vous avez beaucoup de casquettes artistiques, pouvez-vous nous en parler ?
J’étais préparateur physique pendant trente ans. Et puis à côté de ça, je faisais de la photo comme pour Aubade par exemple. Maintenant, je réalise des clips et des films. J’ai deux films qui vont sortir en DVD à la rentrée, pour Canal +. Et je fais du consulting pour des sociétés autour de la forme et de la diététique.

Comment avez-vous rencontré Laurent Boutonnat et Mylène Farmer ?
Il me semble que je les rencontrés quand ils ont fait leur premier disque. Je crois que c’était dans un festival où il y avait tout un tas de nouveaux chanteurs, mais je ne sais plus où… Il y avait Mylène, on avait parlé et sympathisé et un jour elle m’a rappelé. Elle et Laurent m’ont demandé si je voulais bien jouer dans leurs clips. Dans « Plus grandir » je rentre dans la pièce et je me jette sur elle (rires), et dans « Libertine », je faisais le duel au revolver avec elle. Puis par la suite, je l’ai entraînée pour son premier spectacle en 1989.

Pourquoi ce pseudonyme de Rambo que l’on peut lire dans le générique des clips ?
C’était un surnom pour faire un truc un peu rigolo. C’était plutôt un clin d’œil, je ne voulais pas mettre mon vrai nom. Et comme à l’époque j’étais assez costaud, assez balèze, on me surnommait souvent Rambo. Je faisais du spot avant la mode !

Quels souvenirs gardez-vous des tournages des deux clips ?
C’était toujours assez grandiose, avec des châteaux, des trucs… Ce que j’aime bien avec Laurent, c’est qu’il sait ce qu’il veut, il est très précis. Et comme je suis comme ça aussi, c’était pas mal. Quant à Mylène, on s’est assez bien entendus dès le début, car elle est exigeante et ça collait bien. Elle savait déjà ce qu’elle voulait.

En vous faisant tuer dans « Libertine », pensiez-vous que c’était le châtiment pour le viol dans « Plus grandir » ?
(Rires) Écoutez, peut-être ! Mais bon, c’était un viol consenti. Même très consenti. Pas vraiment un viol, et c’était peut-être même espéré par la jeune fille, apparemment, dans l’histoire.

Comment se prépare-t-on physiquement à une tournée ?
Avec Mylène, on partait à Los Angeles où l’on faisait la partie physique avec footing, muscu, combat et après elle répétait toute la journée avec ses danseurs en plus. Ensuite, j’étais là aussi pour tout ce qui est massage, la décontraction physique.

La préparation s’est déroulée à Los Angeles pour la tournée de 1989 ?
Je ne sais plus pour quelle tournée on était partis à Los Angeles. On s’entraînait là-bas, puis à Paris.

Pour cette préparation, c’est Mylène qui s’adapte à vous ou l’inverse ?
On s’adaptait l’un à l’autre. Un bon coach doit s’adapter à ce qu’il y a de mieux pour son élève. Mylène était assez ouverte. Physiquement, elle est tonique. Ca lui plaisait de découvrir le physique. C’était pas quelque chose qu’elle avait trop l’habitude de travailler au départ, mais elle aimait bien le challenge de l’entraînement. Vu l’énergie à déployer pour le spectacle, elle en voulait encore plus en se préparant et être en bonne condition, surtout qu’il y avait des chorégraphies…

En revanche, dans certaines interviews, elle dit qu’en dehors des tournées, elle ne pratique aucun sport…
Oui, mais elle est assez douée physiquement. Elle dit qu’elle ne pratique aucun sport, mais toutes les danses qu’elle fait, c’est déjà du sport. Elle a un corps très tonique, très costaud. Elle a un petit gabarit, donc elle n’a pas de gros besoins, à partir du moment où elle danse pour ses shows ou à la télé. Et elle ne mange pas énormément. Elle se maintient assez bien, elle est douée naturellement. Quand elle s’arrête et qu’elle reprend, elle est prête assez rapidement. Et à cheval, elle est très bonne, elle fait de l’équitation depuis qu’elle est toute jeune. Même en gym, elle est douée. Elle a une excellente mémoire musculaire.

Est-ce vrai que c’est vous qui avez présenté Mylène à Johnny Hallyday ?
Oui, mais je ne sais plus quand. On avait fait un déjeuner ensemble, je crois bien. Je ne me rappelle que vaguement.

Allez-vous participer à la préparation physique de ses concerts de 2006 (ndlr : cet entretien a été réalisé plus de six mois avant ces concerts) ?
Je ne sais pas… Comme maintenant je fais beaucoup de photos, j’ai moins de temps pour la préparation physique. Si elle m’appelle, peut-être, je ne sais pas encore si je pourrai. Ce n’est pas sûr (ndlr : ce sera finalement bien lui qui s’occupera de la préparation physique de Mylène).

Pourquoi avoir photographié les mains de Mylène pour le programme de 1999 ?
Vous savez tout ! En fait quand Mylène s’entraînait, je faisais déjà des photos. Et un jour elle m’a dit : « Tiens, c’est joli ce que tu fais, tu ne voudrais pas faire des photos de mes mains ? ». J’ai dit qu’il n’y avait pas de problème. On a fait ça assez rapidement une après-midi, car Mylène n’aime pas trop poser. En 1996, j’avais pris également en photo ses musiciens à Los Angeles.

Quels sont vos projets actuels ?
En dehors des DVD, je prépare un nouveau livre de photos et une nouvelle campagne de lingerie. C’est déjà pas mal, tout ça !

Et si vous aviez un message à adresser à Mylène ?
Qu’elle continue comme ça, mais apparemment, ça fonctionne bien. Que pourrais-je lui dire encore ? Ah si, que le coyote court toujours, elle comprendra (rires) !

Mylène Farmer et vous - 2005
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.