ConnexionAccueil0 Commentaire

Enzo Mori et Stephan Clark (Remixeurs)Interview Remixes - 2006


Slipping away (Crier la vie)

Leur fameux remix de « Slipping away (Crier la vie) » initialement dédié aux clubs, n’est pas longtemps resté confidentiel ! Sorti dans le commerce sur le second maxi CD, il entame une belle carrière.

Votre remix de « Slipping away (Crier la vie) » est d’abord paru sur un maxi CD promo. Qui vous a commandé le remix ? Et quand ?
Nous avions déjà fait un remix pour le groupe Vegastar, et Jorge Fernandez, directeur artistique, nous a contactés pour remixer le fameux duo Moby / Mylène Farmer. Nous avons été appelés au début du mois d’août.

Combien de temps avez-vous eu pour proposer le remix ? Je me trompe peut-être, mais je pense qu’il n’était pas prévu dans le package original, et a été commandé un peu à la dernière minute ?
Le remix devait être terminé assez rapidement, pour début septembre. Et en effet, il n’était pas prévu dans le package original. Virgin voulait des artistes français pour la sortie française.

Comment avez-vous reçu les voix ? CD, DAT ? Voix avec ou sans effets ?
Le label nous a fait parvenir très rapidement un CD avec tous les samples du titre d’origine de Moby ainsi que les accapellas de Mylène. Toutes les pistes étaient avec effets.

Avez-vous des infos sur l’impact de votre remix en clubs ?
Bien sûr, ça parle beaucoup entre les DJ. Les feedbacks sont très encourageants. Pour l’avoir testé nous-mêmes en club, les réactions du public sont excellentes pour un morceau qui n’est pas encore diffusé à grande échelle. Nous avons déjà des soutiens de la part de DJ tels que David Vendetta, Chris Lona…

Votre remix est complètement inédit. Les autres versions de « Slipping away » préexistaient presque toutes avec la voix de Moby seul. Le travail est-il plus « facile » dans ce cas ?
Nous ne pensons pas que le travail est plus facile. Par contre, il est vrai que nous avions une petite crainte : le fait qu’il y ait des voix en français pour les clubs. Mais on s’est aperçu que les voix de Mylène collaient parfaitement sur l’instrumental et en club, ça passe sans problème !

Avez-vous proposé plusieurs versions ? Si oui, qui a décidé d’opter pour celle-là, et surtout, entendra-t-on un jour les autres ?
Non, nous n’avons pas proposé plusieurs versions. Ce remix a convaincu le label dès la première écoute. Il y a juste une version dub à la demande de Virgin, qui devrait être présente sur le second maxi CD aussi (ndlr : elle ne l’est finalement pas, à la grande surprise des intéressés).

Une telle version pourrait-elle ouvrir le titre aux clubs internationaux ?
Bien sûr. C’est ce que nous espérons. Pour les packages internationaux, c’est le label d’origine qui pourra choisir quels remixes intégrer. En tout cas, une sortie internationale de ce duo est bien prévue.

Moby a sorti le même duo en Espagne avec une autre chanteuse, Amaral. Vous a-t-on contactés pour adapter votre remix à cette version hispanique ?
Non, nos n’étions pas au courant de cette version. Si on nous contacte pour adapter le remix, nous serions très flattés et très motiver pour retravailler dessus.

Savez-vous si Mylène Farmer est intervenue dans la validation du remix ? Et qu’en était-il pour la validation de Moby ?
Le label s’est chargé de transmettre le remix aux artistes et aux labels d’origine. Et la version a été validée !

Que pensez-vous de la carrière de Mylène Farmer ? La suivez-vous ? Et de son « attitude » envers les médias ?
C’est une belle carrière, que Mylène gère très bien. Le fait qu’elle ne se mette pas trop en avant dans les médias, c’est bien, et ça « nourrit » l’image mystérieuse qu’elle dégage.

Que pensez-vous de la musique de Laurent Boutonnat ?
Très bon auteur/compositeur dans son registre. Le succès et les ventes de disques parlent d’eux-mêmes.

Pour certains, remixer Mylène Farmer, c’est hors de question, trop commerciale. Qu’en pensez-vous ? Est-ce un plus d’avoir fait ce remix ?
Ce n’est pas parce qu’un artiste est jugé trop commercial ou pas assez que cela va jouer sur notre envie de remixer ou pas. Tout dépend de la qualité du titre d’origine et s’il y a matière à remixer. Il est évident que c’est un plus d’avoir ce remix, cela va nous permettre de nous faire connaître un peu plus du grand public.

Farmer est une des rares artistes françaises à proposer systématiquement des remixes de ses singles. Quel est selon vous son intérêt là-dedans ?
L’intérêt est de se faire connaître d’un autre public, qui est celui des clubs. Nous pensons que c’est bénéfique pour un artiste de cibler un peu tout le monde.

Avez-vous été contactés par Polydor et Stuffed Monkey pour une éventuelle nouvelle collaboration avec elle ? Ou alors par le staff de Moby ?
Non, pas pour l’instant pour Moby et Mylène. Attendons de voir ce que donnera le remix. Nous avons cependant déjà reçu d’autres demandes pour d’autres artistes, mais nous ne pouvons rien dire de plus…

Mylène Farmer entraîne une quantité phénoménale de remixes amateurs. Pourquoi selon vous ?
Aujourd’hui, tout le monde avec un peu de matos peut faire de la musique. Il est donc normal de voir beaucoup de titres ou remixes amateurs. Nous pensons que c’est une bonne chose. Il y aura peut-être des remixes qui sortiront du lot et qui verront le jour.

Juste pour le fun : il n’y a, je suppose, aucun moyen de récupérer l’accapella de « Crier la vie » ?
A moins que Virgin ne t’autorise à faire un remix, je ne pense pas qu’il soit possible de les récupérer !

A ce sujet, Mylène Farmer fait parfois signer une clause stipulant l’interdiction formelle de distribuer ses accapellas. En a-t-il été de même pour vous ?
Bien sûr ! Et même si ce n’était pas dans le contrat, nous ne nous permettrions pas de le diffuser sur le net ou autres.

Qui sont vos sources d’inspiration musicale ?
Depeche Mode, New Order, les groupes électro-pop des années 80, en général.

Quels sont vos projets actuels ?
Nous avons eu pas mal de demandes en tant que « Enzo Mori & Stephan Clark ». En parallèle, nous avons un autre projet orienté plus dance qui s’appelle « Starting Rock » et qui reprend le fameux « Don’t you go » du groupe Yazoo. Il est déjà troisième des clubs en France et tourne beaucoup en radio.

Mylène Farmer et vous - 2006
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.