ConnexionAccueil0 Commentaire

Corey Smith (Danseur)Interview Mylènium Tour - 2008


Rencontre avec Corey Smith, danseur sur le Mylènium Tour.

Corey, la plupart de nos lecteurs vous connaît en tant que danseur, mais nous savons que vous avez plusieurs casquettes. Pouvez-vous nous en dire plus sur vous ?
J’ai été danseur pendant 12 ans, et j’ai aussi pris des cours de comédie à New York. J’ai pris ma retraite en tant que danseur en 2000, quand j’ai emménagé à Los Angeles. Le Mylénium Tour fut d’ailleurs le point final de ma carrière de danseur. Aujourd’hui, je travaille dans un restaurant, je prends toujours des cours de comédie et je passe des castings.

Comment avez-vous été engagé sur le Mylénium Tour ?
Je ne sais pas vraiment comment s’est passée la sélection au niveau de la production, mais je peux dire que Mylène est venue à New York pour faire passer des auditions avec Christophe [NDLR : Danchaud] et que j’ai passé un casting là-bas.

Aviez-vous déjà entendu parler de Mylène Farmer ?
Non, la plupart des danseurs américains n’avaient jamais entendu parler de Mylène, on ne savait pas vraiment qui elle était.

Est-ce que vous avez cherché à en savoir plus sur elle, sur son travail avant de travailler sur la tournée ?
Non, je pense qu’aucun d’entre nous n’a fait de recherches sur elle ou sa musique, juste qu’on la voyait un peu comme la Madonna française. Du moins, quelqu’un de son envergure en France, en tout cas.

Qu’est-ce que vous pouvez nous dire au sujet des répétitions ?
D’autant que je me souvienne, des répétitions tout à fait ordinaires, de longues journée mais la période de répétitions avant notre arrivée en France n’a pas été très longue. C’était en tout cas formidable de travailler avec Mylène et Christophe.

Quels souvenirs justement gardez-vous du travail avec Mylène et avec Christophe Danchaud ? Quelles impressions gardez-vous des chorégraphies ?
Concernant Christophe, je dirais que le monde de la danse est plutôt petit et rassemble des gens aux personnalités similaires, et travailler avec lui était vraiment comme de travailler avec un danseur américain. C’est quelqu’un qui a un grand sens de l’humour, il nous racontait beaucoup d’histoires et d’anecdotes, et faisait vraiment tout son possible pour qu’on se sente bien.
Travailler avec Mylène et participer à la tournée a vraiment été une expérience formidable pour chacun d’entre nous. Je pense que vous savez que les méthodes françaises et américaines sont très différentes. Je dois dire que je préfère probablement la manière française ( rires ). Mylène et son équipe étaient très agréables avec nous, et faisaient vraiment tout ce qu’il fallait pour qu’on se sente comme à la maison. On nous donnait vraiment l’impression d’être « à part », on s’occupait vraiment bien de nous et l’équipe de Mylène était pleine d’attentions pour nous.
Pour ce qui est des chorégraphies, il y a tellement de styles différents et je pense que les chorégraphies étaient très différentes de ce sur quoi on travaillait habituellement, elles étaient assez uniques.

On sait que vous étiez absent sur une partie de la tournée : pourquoi ?
Malheureusement, une des raisons pour lesquelles j’étais un peu réticent à l’idée de travailler sur cette tournée est que j’avais quitté ma famille à York Angeles depuis 1991 et que mon père avait été malade toutes ces années, et encore plus gravement malade pendant la dernière partie de 1999. Au moment d’une date en Suisse, j’ai appris son décès et j’ai du rentrer à York Angeles pour ses funérailles. D’ailleurs, je ne saurais pas vraiment décrire la façon dont j’ai vécu la dernière partie de la tournée, que ce soit les moments qui ont précédé mon départ, ou les dernières représentations, à cause de la fatigue et des moments chargés en émotions que je traversais à ce moment là.

Que pouvez-vous nous dire sur la tournée en elle-même ? Quelles anecdotes pouvez-vous nous raconter, qu’il s’agisse de problèmes techniques survenus pendant le spectacle, de rencontres faites pendant la tournée ?
Je ne sais pas exactement quels souvenirs vous aimeriez que je partage avec vous. Je suis certain que vous aimeriez entendre parler de Mylène bien plus que de moi-même ( rires ). La tournée était géniale. C’était vraiment une expérience incroyable de voyager en France, en Belgique, en Suisse et en Russie. Le spectacle était vraiment génial. Les décors, la musique, le fait d’être devant 25 000 personnes est vraiment un sentiment indescrïptible. C’est sans aucun doute une expérience que je n’oublierai jamais, que je ne veux pas oublier. Qu’on prenne soin de vous, qu’on vous emmène dîner au restaurant, aller dans des endroits qu’on n’avait jamais vus, et rencontrer tous ces gens qui nous ont ouvert les bras et leurs cœurs, juste « parce que » Mylène était vraiment un cadeau incroyable.
Voilà une petite anecdote : sur la dernière partie de la tournée, Mylène nous a tous surpris en nous disant que le groupe et les danseurs voyageraient avec elle dans son avion pour les dernières parties de la tournée. C’ était assez excitant pour nous. On voyageait donc en petits groupes car l’avion n’était pas assez grand pour accueillir tout le monde. J’avais eu l’autorisation d’emmener mon bouledogue anglais Tugger avec moi, et Mylène l’adorait. Pour un vol dont je ne devais pas faire partie, Mylène m’a demandé si elle pouvait prendre Tugger avec elle dans l’avion. Ce que j’ignorais à ce moment là, c’est que la veille au soir, les gens de la régie lui avaient donné à manger un grand saladier de poulet et de flageolets. Vous ne le savez peut-être pas, mais les bouledogues anglais ont, à la base, une forte tendance à avoir des gaz. Bref, j’ai donc voyagé dans le bus avec les autres danseurs, sans avoir spécialement de nouvelles de Mylène et du groupe. Quand nous sommes arrivés à la salle où on devait se produire, tout le monde avait l’air en colère après moi, et je n’ai su pourquoi que peu de temps avant le spectacle : quelqu’un est venu me dire que Tugger avait eu des gaz terribles pendant tout le vol, ce qui a gâché le voyage de tout le monde. Apparemment, c’était à un point tel que le commandant de bord est sorti du cockpit pour demander d’où venait cette odeur. Vu que ce n’était pas comme si quelqu’un pouvait ouvrir la fenêtre, je vous laisse imaginer à quel point c’est agréable de voyager avec un bouledogue qui a des gaz terribles…

On sait qu’il y a eu des annulations de dernière minute : un medley A Quoi Je Sers / We’ll Never Die, une chorégraphie sur Beyond My Control et bien sûr la chanson Consentement… Pouvez-vous nous en dire plus ?
Malheureusement non, on n’était pas impliqués dans le choix des chansons, ni de ce qui concernait les morceaux présents ou non dans le spectacle…

Est-ce que les danseurs avaient la possibilité de suggérer des mouvements, pendant la préparation du spectacle ?
Je ne crois pas qu’il y a ait eu des suggestions émises par les danseurs en ce qui concerne les chorégraphies, ce n’était pas notre rôle de toute façon.

Vous souvenez-vous des prestations télévisées que vous avez pu faire avec Mylène ?
Je me souviens que ça avait été une journée très longue, mais c’est à peu près tout.

Dans le spectacle, vous aviez un moment préféré ?
J’ai toujours adoré l’ouverture. Ces percussions, ce rideau qui tombe au sol, cette statue qui s’éclaire, avec les mains et la tête qui bougent, jusqu’à l’ouverture de la tête et Mylène qui en sort en volant…

Quels souvenirs gardez-vous du public français ?
J’ai trouvé le public français vraiment génial, et j’ai beaucoup aimé rencontrer les fans.

Avez-vous vu le DVD du spectacle qui est sorti ?
Non, je n’ai jamais vu le DVD, je n’en ai même pas de copie. Je devrais peut-être le commander…

Est-ce que vous avez été contacté par Mylène ou d’autres personnes de son équipe pour des projets qui n’auraient pas abouti ?
Non, je n’ai plus eu de contacts avec Mylène ou son équipe depuis la fin de la tournée.

Avez-vous suivi la carrière de Mylène ?
Non, je n’ai pas suivi sa carrière.

Êtes-vous resté en contact avec d’autres membres de la tournée, des danseurs par exemple ?
Non je n’ai pas gardé de contacts avec les autres danseurs; toutefois, Brian Thomas, qui était un de ses danseurs avant cette tournée, est un ami et je le vois de temps en temps. J’ai également des amis communs avec AJ sur Las Vegas donc j’entends parler de lui de temps en temps, mais c’est à peu près tout.

Si vous aviez la possibilité de travailler à nouveau avec Mylène… ?
Si j’en avais l’opportunité, j’en seras ravi. Mais vu que j’ai arrêté ma carrière de danseur, je ne vois pas trop de quelle manière on pourrait collaborer…

Sans une question précise, simplement en vous basant sur vous souvenirs, comment résumeriez-vous la tournée ?
Si je devais résumer cette expérience, je dirais que j’en garde un souvenir doux-amer. C’était quelque chose de génial et un de mes souvenirs préférés. Mais c’était une période difficile du point de vue de ma vie personnelle à ce moment là, et c’était difficile d’être tout le temps dedans et d’apprécier les choses comme étant des cadeaux, ce qu’elles étaient. J’espère avoir grandi depuis… La mort de mon père joue bien évidemment sur le fait que ces sentiments sont partagés…

Pour finir, quels sont vos projets ? Que faites vous actuellement ?
J’aimerais avoir plein de choses intéressantes à vous raconter du point de vue de ma carrière depuis la tournée, mais malheureusement il n’y a pas eu beaucoup de mouvement. Je vis ma vie à York Angeles, je viens de tomber à nouveau amoureux, j’espère pour la dernière fois… Je passe des auditions, il y a quelques galères, je m’occupe de mes deux chiens et j’essaie de réaliser mes rêves. Que demander de plus ?

Mike, un fan - 2008
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.