ConnexionAccueil0 Commentaire

Thierry Suc (Producteur et manager)Interview Divers - 2008

Le retour de Mylène

Le Lyonnais Thierry Suc, manager et producteur de Mylène Farmer, évoque l’énormité de l’enjeu de la tournée.

Ca doit être une logistique énorme de préparer une tournée de Mylène Farmer ?
Oui, c’est pour cela qu’on s’y prend autant à l‘avance, et que l’on fonctionne par étape. On a fait les stades d’abord, à Paris, en Belgique et en Suisse, puis les autres dates ensuite.

Est-ce qu’il y a encre un enjeu économique ? Quand on voit comme ça marche…
Oui, bien sûr. Avant de lancer la billetterie des stades, je n’aurais jamais pensé que l’on puisse vendre les dates du Stade de France en moins de trois heures, cent trente mille places vendues aussi vites, c’est étonnant et émouvant. Mais les spectacles de Mylène sont toujours tellement énormes que l’enjeu économique existe toujours.

Est-ce qu’elle a des exigences démesurées ?
Avec Mylène, on travaille toujours ensemble. C’est quelqu’un de très réaliste. Elle a des désirs en tant qu’artiste, mais elle sait regarder si c’est réalisable, et où l’on peut le faire. Elle suit chaque étape de l’élaboration du spectacle.

Est-ce que les spectacles en salle seront les mêmes que dans les stades ?
Les tailles sont différentes, le spectacle sera forcément différent. Mais c’est encore un peu tôt pour le dire, on n’en est pas là.

Pourquoi ne pas avoir joué partout dans des stades ?
Si on avait pu, on l’aurait fait. Mais malheureusement, en septembre, les footballeurs reprennent leurs droits sur les stades, et en juin, il fait nuit trop tard. Alors on était coincé. Mais j’aurais adoré que l’on passe à Gerland.

Au niveau des tarifs, il y a une différence entre les stades et les salles fermées ?
Non, je voulais absolument que les prix soient les mêmes. D’un point de vue général, on est un peu en dessous des tarifs de Bercy en 2006. Il n’y a pas d’inflation dans nos tarifs. On y fait attention.

Musicalement, quelle sera la tonalité de la tournée ?
C’est encore un peu tôt pour en parler. Mais il y aura un nouvel album en septembre, et un single sera en radio le 19 juin. Il s’appelle « Dégénération ».

Vous êtes à la fois manager et producteur de Mylène Farmer, ça veut dire quoi ?
Producteur, c’est concentré sur le spectacle. J’ai produit tous les spectacles de Mylène depuis ses débuts. En revanches, le manager gère avec l’artiste toutes les phases de l’évolution de sa carrière. Si elle fait de la télé, quand elle sort son disque, si elle donne des interviews…


Le Progrès - 02/06/2008
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.