ConnexionAccueil0 Commentaire

Jean Paul Gaultier (Couturier)Interview Tournée 2009 - 2010


Madonna, Kylie Minogue, Johnny Hallyday… Jean-Paul Gaultier a habillé les plus grandes stars pour leurs tournées. Pourtant, jamais l’enfant-terrible de la mode n’avait travaillé sur un spectacle de Mylène. C’est chose faite avec le Tour 2009. Le couturier nous en parle… hélas trop brièvement.

Depuis quand connaissez-vous Mylène ?
J’ai rencontré Mylène il y a pas mal de temps, lors de ses premiers spectacles des années 80. J’étais étonné par son concert : elle faisait les choses bien avant Madonna – la scène avec l’effet des portes du cimetière qui s’ouvrent… Elle était avant-gardiste.

Vous avez habillé Mylène à plusieurs reprises dans le passé (pour les clips de Je t’aime mélancolie, Que mon cœur lâche, L’instant X, la pochette d’Anamorphosée, plusieurs photos de presse de 1995-1996 et 1999, …), elle a assisté à plusieurs de vos défilés, et a même partagé une de vos tenues avec Alizée ! Pouvez-vous nous parler de ces différents moments où vos routes se sont croisées ?
Il est vrai que, dans les années 90, Mylène portait parfois mes vêtements, et que nous nous sommes plusieurs fois croisés, mais la vraie rencontre ne s’est faite que l’année dernière. La vie est faite de ces heureuses rencontres. Mylène est quelqu’un de très respectueux et de très professionnel : c’est un vrai plaisir de travailler avec elle. Cette collaboration m’a enrichi.

Avez-vous travaillé seul sur ce spectacle, de votre côté, ou Mylène intervenait-elle ?
Nous avons travaillé ensemble sur les tenues – elle savait ce qu’elle voulait, mais en même temps j’avais une totale liberté créative. Peut-être que cela peut vous sembler être un paradoxe, mais ça n’en est pas un pour moi.

Comment s’est organisé votre travail ? Quelles ont été les différentes étapes ?
Nous avons commencé avec les écorchés car c’était le début du spectacle. Et peu à peu les cinq autres tenues pour Mylène se sont dessinées. J’avais aussi le plaisir de créer les costumes pour les danseurs et d’habiller tous les musiciens. J’espère que nous avons réussi à obtenir une identité visuelle très forte, avec Mylène toujours au centre, toujours au cœur de ce spectacle.

A quel rythme vous rencontriez-vous pour travailler les tenues ?
Les tenues de Mylène ont été faites dans mon atelier haute-couture. Nous avons fait six ou sept essayages, je ne me souviens pas exactement. Chaque essayage était un plaisir complet, même quand il y avait des changements dans les tenues et des décisions difficiles à prendre.

Lesquelles ?
Il y a toujours des décisions pénibles à prendre dans ce genre d’aventure, même s’il y en a eu très peu pour ce projet. En l’occurrence, nous avons dû abandonner une tenue qui était prévue, mais je ne peux pas vous en dire plus.

Pouvez-vous nous parler plus précisément de chaque tenue ?
Comme c’est de la haute-couture, j’ai pu utiliser des matières qui ne sont pas habituellement utilisées pour la scène. Par exemple, la robe rouge est entièrement brodée en cristaux Swarowski et le trench est fait dans le même satin que j’utilise pour mes défilés de haute-couture. La robe bleue est en georgette de soie très fine ; nous l’avons refaite en blanc pour le Stade de France.

Pourquoi ?
C’était une demande de Mylène car, au concert du stade, elle portait cette tenue quand elle se trouvait au milieu de la pelouse, seule avec Yvan Cassar. Il fallait qu’elle soit particulièrement lumineuse.

Les vêtements existent-ils en plusieurs exemplaires ?
Oui. Toutes les tenues ont été faites en double – pour Mylène et pour les danseurs.

IAO - 01/2010
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.