ConnexionAccueil0 Commentaire

Jeff Dahlgren (Comédien)Interview Giorgino - 2014


Le 5 octobre 1994, la France découvre pour la première fois le visage et le jeu d'acteur de Jeff Dahlgren à l'occasion de la sortie sur grand écran du film de Laurent Boutonnat, "Giorgino". Alors âgé de 29 ans, il y incarne le personnage de Giorgio Volli, un médecin de retour du front en 1918 qui part à la recherche des enfants orphelins dont il s'occupait avant la guerre. L'acteur et musicien revient longuement sur son expérience avec Mylène Farmer et Laurent Boutonnat. Il nous raconte sa rencontre avec le duo, le casting, le froid, les petits incidents qui ont ponctué le tournage mais aussi sa vision du film, vingt ans après sa sortie. Des souvenirs visiblement impérissables...


Quels souvenirs avez-vous de votre première rencontre avec Mylène Farmer et Laurent Boutonnat ?
J'ai été présenté à Mylène à Los Angeles, par une amie commune. A l'époque, elle travaillait sur "Que mon cœur lâche". Nous avons longuement parlé de musique, de cinéma et de "Giorgino". Etant donné que j'ai toujours une guitare avec moi, ça a collé immédiatement entre nous, et une longue amitié est née. Alors que j'étais à Los Angeles avec Mylène, j'ai rencontré Laurent, et nous avons, là encore, eu de longues conversations tous les trois. Nous parlions de musique et de cinéma. Nous sommes devenus proches en très peu de temps. Mes souvenirs de ces rencontres sont ceux de deux nouvelles amitiés.

Vous êtes connu comme musicien. Qu'est-ce qui vous a poussé à passer une audition pour un film ?
J'avais étudié le cinéma pendant plusieurs années et tourné dans beaucoup de publicités. J'ai aussi fait de petites apparitions télévisées. La motivation, pour moi, a toujours été présente. Lorsque Laurent m'a demandé si j'étais intéressé pour passer l'audition pour "Giorgino", j'ai immédiatement répondu "Oui".

Où a-t-elle eu lieu ?
C'était à l'hôtel Château Marmont, à Hollywood.

Et comment s'est-elle déroulée ?
Bien ! Il n'y avait que Laurent et moi. Il n'y avait pas d'équipe en charge du casting. C'est Laurent qui a fait son choix tout seul. Ça a duré environ une heure. A la base, il m'avait donné un monologue extrait de "Giorgino" à lire pour l'audition. Mais lorsque je suis arrivé, nous nous sommes assis et avons commencé à parler. Au final, je n'ai jamais eu à lire le monologue en question ! Lorsque Laurent a allumé la caméra, j'ai simplement parlé de moi.

Avez-vous dû repasser l'audition par la suite ?
Non. Le soir même, j'ai reçu un appel téléphonique de Laurent qui m'informait que j'avais été retenu pour le rôle de Giorgio.

Est-ce que Laurent recherchait quelque chose de particulier pour le personnage de Giorgio Volli ?
Pas nécessairement. Je ne crois pas qu'il recherchait quelqu'un en particulier. Il cherchait plutôt une qualité, celle d'une innocence d'enfant pour le rôle de Giorgio ; et pour mon bonheur, il s'est avéré que j'avais cette qualité.

Savez-vous si Hugh Grant a été casté pour le personnage de Giorgio Volli ?
Il a été fait mention de Hugh Grant mais aussi de Rutger Hauer.

Venons-en au tournage. Combien de temps a-t-il duré en tout, scènes extérieurs et studio comprises ?
Environ quatre mois et demi.

Avez-vous souffert des conditions climatiques lors des scènes extérieurs ?
Absolument ! A certains moments, les conditions météo étaient vraiment beaucoup trop dures pour nous permettre de travailler. Parfois, il faisait tellement froid qu'il m'était difficile de bouger les lèvres. Donc oui, il y a eu un peu de souffrance, mais globalement, c'était plutôt agréable.

Les scènes studio ont-elles été filmées en une seule fois ?
Oui, nous avons tourné toutes les scènes studio en même temps, et avant celles en extérieur. Elles ont été filmées au studio Barrandov en République Tchèque (ex Tchécoslovaquie, ndlr).

Répétiez-vous certaines scènes avec Mylène Farmer avant de les filmer ? Quelqu'un vous guidait-il lors des répétitions ?
Oui, bien sûr, Mylène et moi répétions ensemble. Laurent, quant à lui, nous guidait et décidait de l'emplacement de chacun des acteurs, et nous en discutions en détail tous les trois.

Y a-t-il eu des scènes plus difficiles que d'autres à tourner ?
Oui, le sauvetage de Catherine à Sainte-Lucie. Cette scène a été la plus difficile. La mise ne place des personnages a été plus approfondie et le tournage de la scène très technique. Il s'avérait difficile de réaliser des gros plans durant le tournage à cause des mouvements rapides. Laurent a alors décidé de nous attacher avec une corde, Mylène et moi, afin que la distance focale reste toujours la même. Dans cette scène, j'utilise un revolver et j'ai Catherine dans les bras, tous les gros plans de cette ont été tournés de cette façon. C'est intéressant de filmer une scène très attendue et énergique avec une caméra située à 60 centimètres du visage.

Il semble que l'atmosphère durant le tournage était tendue. Qu'avez-vous ressenti ?
L'atmosphère était tendue lorsque les scènes que nous tournions étaient intenses, ça fait partie du job. Ça n'était pas comme ça tout le temps ! Ce dont je me souviens le plus, c'est que c'était détendu et professionnel. Nous nous sommes beaucoup amusés.

Et comment était la relation entre Mylène et Laurent ?
Entre Mylène et Laurent, la relation était bonne et amicale.

Vous souvenez-vous d'anecdotes ou de moments particulièrement marquants durant cette période de tournage ?
Oui, j'en ai même plusieurs ! Tout d'abord, j'étais toujours à l'heure sur le tournage ! (Rires)
Lorsque j'attendais entre deux scènes, je sortais Moreno, mon cheval préféré, et je partais me promener avec lui à travers les collines. Une fois, alors que Jean-Pierre Aumont m'aidait à tirer Moreno pour l'amener à la calèche, il s’est cabré et, en retombant, m'a cassé un orteil ! (Rires) Et puis, les weekends, j'empruntais la voiture de quelqu'un de l’équipe à son insu et je partais aussi loin que je le pouvais, parfois même jusqu'en Pologne !
Je me souviens aussi de mon hôtel, à Prague, qui a dû être évacué à trois reprises à cause d'alertes à la bombe. La troisième fois, j'ai mis vingt minutes pour descendre. J'étais habillé bien chaudement car je savais que j'allais attendre plusieurs heures dans le froid. Mais après vingt minutes d'attente, le rez-de-chaussée de l'hôtel a finalement explosé !
Mais la meilleure anecdote est la fois où j'ai eu le hoquet pendant un jour et demi. J'étais donc dans l’incapacité de tourner une scène, mais la production en a profité pour tourner d'autres scènes avec d'autres acteurs. J'avais depuis peu fait la connaissance de Louise Fletcher. Ce jour-là, nous nous sommes croisés dans le hall de l'hôtel. Elle m'a dit qu'elle savait que j'avais un problème, ce à quoi j'ai réussi à répondre "Oui". Nous nous sommes assis au bar et elle a demandé au barman une tranche de citron, un petit sachet de sucre et de la sauce Worcestershire (sauce anglaise à la saveur aigre-douce, ndlr). Elle a mélangé cette mixture et m'a dit de l'avaler. Tout de suite après, le hoquet avait disparu, et je reprenais le tournage !

Dans quel était d'esprit étiez-vous avant la sortie du film ?
J'étais dans un très bon était d'esprit. Mylène et moi travaillions sur l'album "Anamorphosée" à cette époque-là. C'est à ce moment que la chanson "Tomber 7 fois..." a été initialement composée. C'était moi l’interprète de cette chanson à la base, mais Mylène l'a tellement aimée qu'elle m'a demandé si elle pouvait l'enregistrer pour l'album.

Avez-vous été impliqué dans le montage du film ?
Il arrivait parfois que je donne des conseils par rapport à la sélection des scènes dans lesquelles j'apparaissais. J'étais également souvent avec Laurent quant il composait la bande originale et, là encore, je donnais mon opinion. En dehors de ça, je n'ai pas eu de rôle dans la postproduction.

Avez-vous été déçu que la sortie soit repoussée de plusieurs mois ?
Non pas du tout ! Il m'est difficile de me rappeler les raisons exactes, mais si nous avions sorti le film en temps et en heure, nous aurions eu comme concurrent le film "True Lies". Pour la petite histoire, le film en sorti en même temps que "Forrest Gump" qui, à l'époque, était le plus rentable de l’histoire.

Qu'avez-vous pensé de la version finale du film ?
Je n'ai jamais regardé le film en entier ! (Rires)

Pensez-vous que le film soit trop long ?
Pourquoi pensez-vous que je ne l'ai pas regardé en entier ? (Rires) C'est plutôt une question qu'il faudrait poser à Laurent. Je pense qu'il a pris le temps dont il avait besoin afin de raconter au mieux l'histoire qu'il avait imaginée. Avec le recul, j'ai le sentiment que le film est bien mieux compris aujourd'hui.

Quelle est votre scène préférée ?
Comme je vous l'ai dit, je n'ai jamais regardé le film dans sa totalité, mais je dois avouer que c'était sympa de mourir. Toutes les scènes à Sainte-Lucie ont été géniales à tourner !

Quelle a été votre réaction quand vous avez lu les critiques négatives de la part de la presse et que vous avez compris que le film était un échec commercial ? Comment ont réagi Mylène et Laurent ?
Ça ne m'a pas affecté car mes critiques à moi étaient positives ! C'est surtout Laurent qui en a pris plein la tête, principalement à cause de la longueur du film, ce qui, pour moi, n'est pas une raison pour le descendre. Ce n'est jamais facile pour personne de gérer ce genre de situation, mais avec du recul, "Giorgino" est en quelque sorte, devenu un succès. Rétrospectivement, j'ai le sentiment qu'il y a eu une meilleure compréhension du film et de sa beauté. "Giorgino" a maintenant une vie à lui...

Avec du recul justement, que pensez-vous de votre jeu d'acteur et de celui de Mylène ?
Je suis fier de ma prestation... enfin, du peu que j'en ai vu ! Et je pense que la prestation de Mylène était bonne également.

Aujourd'hui, que pensez-vous de cette expérience ? Seriez-vous tenté de jouer dans un nouveau film ? Joueriez-vous à nouveau pour Laurent ?
C'était une expérience géniale et j'en garde de très bons souvenirs. Donc oui, je serais prêt à tourner encore et à travailler à nouveau avec Laurent.

Il semblerait que l'échec commercial du film n'ait pas affecté votre relation avec Mylène et Laurent puisque vous avez ensuite collaboré avec eux pour deux albums et deux tournées. Quels souvenirs gardez-vous de ces expériences ?
C'est une question très importante sur laquelle je pourrais écrire un livre entier. Mais pour faire court, cela faisait déjà quatre ans que l'album "L'autre..." était paru et, après la sortie de "Giorgino", Mylène avait besoin d'un album très fort et d'une nouvelle direction artistique. Elle et moi avions déjà passé beaucoup de temps en studio avant "Anamorphosée", donc c'était une continuité naturelle. Mylène aimait le son de ma guitare qui apportait une dimension puissante à sa musique. Après le succès du Tour 1996, les clips vidéo, les singles et le "Live à Bercy", que je travaille pour l'album "Innamoramento" nous a semblé couler de source. J'ai beaucoup de souvenirs fantastiques de cette période, beaucoup de travail, de bon temps, d'amis... et énormément de fans !

Etes-vous toujours en contact avec Mylène et Laurent ?
Oui, Mylène et moi sommes toujours resté en contact. Quant à Laurent, nous avons pas mal échangé mais ça fait un bout de temps que je n'ai pas de ses nouvelles !

Pourquoi n'avez-vous pas continué à votre collaboration avec eux pour les albums suivants ?
Tout simplement parce que je n'étais pas disponible.

Suivez-vous la carrière de Mylène ? Y a-t-il un album ou une chansons que vous appréciez tout particulièrement ?
Oui, je la suis, comme tout le monde, et nous en parlons. Pour moi, son album le plus fort reste "Anamorphosée". Mais de par mon implication durant l'enregistrement de l'album, et tout particulièrement dans l'écriture de la ligne de guitare de "XXL", je ne suis pas très objectif ! (Rires)

Continuez-vous de jouer avec votre groupe, Jeff Dahlgree/S.T.E.P. ?
J'ai produit, enregistré et mixé onze albums pour divers artistes et je suis actuellement en train de travailler sur mon album qui sortira au printemps prochain. Il y aura quelques singles qui précéderont sa sortie. En ce moment mon groupe Jeff Dahlgren/S.T.E.P. marche très bien et mon single, "California", dépasse mes attentes en termes de rotations radio.

Est-ce que le titre de votre single, "California", est une allusion ou une référence à celui de Mylène ?
Sans commentaire !

Quelle est votre actualité ?
Je produis et je compose. En tant que guitariste professionnel, j'ai joué sur de nombreux albums. Je vais aussi bientôt ouvrir mon site web, jeffdahlgrenmusic.com, grâce auquel je vais débuter, à distance, le mixage et le mastering d'albums d'artistes issus de la scène indépendante. Cela leur permettra de profiter d'une production et d'un son professionnels. Et cela me donnera aussi l'opportunité de travailler avec des artistes français belges et russes. Je travaille beaucoup à distance en ce moment et on m'a beaucoup sollicité. Que ce sot des fans, des musiciens ou des groupes, tous m'ont demandé de mixer pour eux et même de chanter sur leurs compositions. Je vais pouvoir le faire maintenant. J'aime soutenir la scène indépendante. Enfin, grâce au bon retour de mon single "California", j'ai des opportunités pour jouer à Paris et sa région. Ça sera super de vous voir tous là-bas ! En dehors de cela, tout va bien pour moi !

Sophie Khairallah et Julien Autier pour Styx Magazine - 2014
    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.