Menu ConnexionAccueil
0

Roberto Martocci (Danseur)Interview Tour 96 - 2018

À propos de son audition :
Avant d’être pressenti pour participer au Tour 96, je n’en avais jamais entendu parler, ni du casting qui avait eu lieu à New York. J'ai été contacté par le chorégraphe, Jaime Ortega, à qui Mylène avait demandé de trouver un danseur supplémentaire. Elle n’était pas satisfaite de tous ceux qui avaient passé l’audition. Jaime a apporté mon book et mon CV à Mylène qui résidait dans un hôtel en ville. Le soir même, il m’a annoncé que j’allais passer le casting en privé le lendemain matin. J’ai dansé sur Désenchantée et Je t’aime mélancolie. Elle m’a montré elle-même les pas que le chorégraphe new-yorkais avait un peu de mal à reproduire avec précision. Après environ vingt-cinq minutes d’audition, elle est allée parler avec ses producteurs, elle s’est dirigée vers la sortie, et en passant près de moi elle m’a souri en disant : « T’as intérêt à assurer ! ». J’ai répondu : « Bien sûr ! ».

À propos des répétitions :
Nous avons répété dans un studio de SoHo à New York pendant 3 semaines. Lors de la troisième, les choristes Valérie Bony et Donna De Lory sont venues apprendre quelques pas. Au départ, Donna De Lory et Niki Haris avaient été engagées ensemble pour participer au spectacle, grâce à leur travail incroyable avec Madonna, mais Niki s’est cassé la jambe et n’a pas pu y participer. Nous nous sommes envolés pour la Californie où Mylène aimait résider, car elle pouvait se promener dans la rue sans être reconnue, en toute tranquillité. Nous y avons répété les chorégraphies pendant deux semaines avec tous les musiciens.

À propos des chorégraphies :
Je pense que, concernant les chorégraphies, leur objectif était double. Il fallait rester fidèle au style chorégraphique que les fans connaissaient et aimaient (Je t’aime mélancolie) tout en proposant une nouvelle approche, raison pour laquelle, d’après moi, ils ont embauché Jaime. Il a apporté un peu de danse contemporaine avec Et tournoie.... Je crois qu’aux États-Unis, personne n’avait proposé ce type de chorégraphie sur une aussi grande scène. Cela montre à quel point le travail de Mylène est avant-gardiste. Danser sur XXL, Libertine et Et tournoie... était une expérience formidable. XXL et Libertine comportaient des pas rapides et percutants, voire acrobatiques. Et tournoie... était si beau et lyrique !

À propos des modifications apportées à certaines chorégraphies :
Nous avons dansé la plupart exactement comme nous les avions apprises. Cependant, pour Libertine, Christophe nous a permis d’improviser certains passages dès lors que nous proposions des choses qui lui plaisaient. Sur XXL aussi, nous l’avons aidé sur certains passages. Nous avons également répété des chorégraphies très complexes que j’aimais, mais qui n’ont pas été retenues au final. C’est dommage, car c’étaient des pas de danse très cool et modernes. C’était le style de chorégraphie initialement choisi pour Libertine : à la fois complexe et intéressante, elle aurait permis au public de découvrir une nouvelle approche de la danse, à mon avis. Dans mon souvenir, lorsque nous sommes arrivés en France, Mylène et ses producteurs ont décidé d’aller dans une toute autre direction. C’était un vrai défi d’apprendre une nouvelle chorégraphie en si peu de temps. Mais finalement ce fut enthousiasmant et le public semble avoir vraiment apprécié.

À propos de Que mon cœur lâche :
Un beau jour, Christophe Danchaud a décidé de mettre quelqu’un d’autre dans la bulle, car j’étais présent sur tous les titres du spectacle. Même si je n’ai pas aimé cette idée – j’avais appris tous les pas et j’adorais danser sur Que mon cœur lâche – cela pouvait se comprendre. Mais Mylène, qui savait exactement ce qu’elle voulait faire et avec qui, a insisté pour que je reste. Je lui en suis très reconnaissant car l’expérience a été vraiment ludique. Nous avons plaisanté au sujet du strip-tease : Mylène m’a dit que les Français étaient plus provocateurs et moins obsédés par leur corps que les Américains. Alors je lui ai répondu : « Tu ne seras donc pas choquée si je montre mes fesses ? – Vas-y, fais-le ! », m’a-t-elle répondu. Mis au défi, je l’ai fait, et ce moment a été filmé, ce qui est un peu gênant, je l’avoue. Cette petite plaisanterie entre Mylène et moi a attiré l’attention du directeur artistique qui, contrarié, m’a demandé pourquoi j’avais fait cela. Je me suis excusé en lui avouant que Mylène était d’accord pour que je le fasse. Plus tard, je suis aussi allé m’excuser auprès d’elle, car je n’avais pas eu l’intention de contrarier qui que ce soit ni de la mettre mal à l’aise. Elle m’a dit en riant de ne pas m’inquiéter pour ça.

À propos de Sans contrefaçon :
Sans contrefaçon était le passage le plus marrant et le plus exaltant, car nous devions tourner sur nous-mêmes et effectuer des levers de jambe, avec des bottines dotées de talons compensés de 25 centimètres et habillés en drag queens.

À propos de Mylène :
Mylène était formidable avec l’équipe. Malgré la pression qui pesait sur elle – le show reposait entièrement sur ses épaules ! – elle a tout géré avec grâce et élégance, toujours gentille, prête à soutenir chacun de nous. Même dans les moments de stress ou de contrariété, elle ne s’est jamais mise en colère. Elle nous donnait l’impression d’être une famille qu’elle aimait tendrement. Elle n’a jamais élevé la voix ni mis qui que ce soit mal à l’aise. Durant la tournée, elle nous a dit combien elle appréciait d’être de retour après une pause de sept années, bien qu’elle se soit un peu inquiétée au sujet de l’accueil que lui réservait le public. Elle faisait preuve d’humilité et reconnaissait nos mérites, nous nous sommes vraiment amusés 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Elle nous emmenait dîner tous les soirs, ce à quoi on ne s’était vraiment pas attendu.

À propos de l’accident à Lyon :
C’est une succession d’évènements qui a causé l’accident. À la fin du concert, lors du rappel sur XXL, les techniciens déverrouillaient l’avant de la nacelle au bord de la scène. Ils étaient toujours pressés car après le show, ils devaient rejoindre l’étape suivante pour reconstruire le décor en moins de douze heures. Chaque soir, Mylène était dans la nacelle. Le metteur en scène nous avait interdit de nous trouver à proximité une fois qu’elle était dedans. N’y pensant plus, David s’est accroché à la nacelle et lorsqu’il s’est balancé dessus, ils sont tombés dans la fosse. On a emmené Mylène inconsciente en coulisses où elle a repris connaissance. Ils ont été transportés à l’hôpital en ambulance. Devant la salle, des milliers de fans étaient en larmes. J’ai couru jusqu’à la grille dire aux plus proches que Mylène allait bien, qu’elle s’était juste cassé le bras. Je leur ai conseillé de relayer l’information à tous les autres.

À propos de la reprise de la tournée à l’automne :
Je craignais qu’elle en veuille à ceux qui étaient responsables de l’accident mais, pleine de générosité, elle a gardé l’ensemble de l’équipe lorsqu’elle a reprogrammé les dates de la tournée. Elle voulait que tout soit identique. Lorsque nous avons repris les shows, Mylène semblait totalement rétablie et elle a assuré le spectacle sans aucun problème. Nous n’avons rien eu à changer. Mais nous avions l’angoisse de retourner à Lyon, où l’accident avait eu lieu. Elle était pourtant bien décidée à y assurer un bon concert.


Sophie Khairallah & Julien Autier pour 'De scène en scène' - 07/07/2018