ConnexionAccueil50 Commentaires

Le saviez-vous ?Anecdotes et petits détails


new Les dernières anecdotes ajoutées

Pourvu qu'elles soient douces

En décembre 2014, Christine Catonné, scripte sur le clip Pourvu qu'elles soient douces a posté sur son blog ce polaroid accompagné de l'histoire de celui-ci :
"1988. Scripte sur le clip "Pourvu qu'elles soient douces" mis en scène par Laurent Boutonnat, relatant la suite des aventures de Libertine. A l'époque, c'était le clip le plus cher jamais tourné (3 millions de francs), le plus long aussi (dix-huit minutes). Une semaine de tournage en région parisienne, journées épuisantes, nuits courtes. Quelques cinq cents figurants courants dans tous les sens dans la fumée épaisse des machines, une grosse équipe les pieds plantés dans la boue, des caméras un peu partout. Le dernier jour de cette semaine de tournage, je bouclais mes rapports, rangeais mes affaires. Ce Polaroïd de Mylène, je venais de le serrer dans mon poing, et de le jeter dans la poubelle de la table régie. Je ne le trouvais pas assez bien. C'est alors qu'une personne souriante s'est approchée de moi pour me demander sans plus de cérémonie de lui remettre sur le champ tous les Polaroïds que j'avais pris au cours du tournage, et que je tenais justement dans mes mains. "- Vous les donner... tous? - Tous." Ils étaient nombreux mes Polaroïds, la collection était fort belle. Je précise ici que les photos prises par la scripte au cours d'un tournage n'appartiennent qu'à elle, mais je n'ai pas eu d'alternative à tout donner. Je me suis retrouvée, bras ballants, dépouillée de mes clichés. Je n'ai pas tardé à plonger mes deux mains dans les profondeurs de la poubelle-sac plastique. Au milieu des gobelets souillés, des serviettes en papier collantes, des tranches de jambon desséchées, et des sachets de thé dégoulinants, j'ai récupéré la photo que je venais de jeter. Je l'ai essuyée, lissée soigneusement du plat de ma main, et glissée entre les pages d'un livre une fois chez moi.
2014: Ce Polaroïd, je ne savais plus où il était. L'autre jour, il s'est échappé de l'édition définitive du "Hitchcock Truffaut" pour que je parle de lui. J'ai su immédiatement que c'était une photo intéressante. Tout ce qui m'avait parue des défauts à l'époque, m'apparaissait à présent, à la lumière du temps qui passe et de l'expérience acquise, comme des qualités. Pourquoi avais-je jeté cette photo? Sans doute parce que c'était incongru, inhabituel, non conventionnel à l'époque de voir une personne poser les yeux clos, d'autant plus qu'elle était connue. Cette photo m'avait parue hors normes, m'avait sans doute fait peur parce qu'elle révélait quelque chose de différent, d'intime, de vulnérable, et surtout avais-je droit à cette révélation, à cette intimité? Sans doute aussi avais-je vécu trop peu de choses (...). Cette photo de Mylène m'évoque ce moment là, et graphiquement ça, ou ça, ou encore ça. La chanteuse s'est laissée aller quelques secondes, comme on se laisse aller dans le sommeil, ou le rêve. Pourrait-on croire qu'elle ait refusé de faire la photo simplement parce qu'elle ferme ses yeux ? Qui serions nous pour juger anormal qu'elle l'ait fait? A t-elle regretté d'avoir lâché prise, au point de récupérer tous les Polaroïds à la fin du tournage pour garder l'absolu contrôle de son image? La photo qui compte, pour une raison ou pour une autre, est toujours un peu effrayante, parce qu'elle responsabilise, fait réfléchir. Elle oblige celui qui l'a faite à en répondre, à savoir la conserver, à choisir de la montrer ou pas. Quand j'illustre les textes de ce blog, je prends toujours soin d'éviter les paupières mi-closes, les doubles mentons disgracieux, les bouches tordues, les mimiques ridicules, les corps parfois très déshabillés. Là, je trouve cette photo belle parce que les yeux sont simplement et paisiblement fermés. En connivence. J'ai conscience qu'on pourrait me dire que j'accorde de la valeur à cette photo juste parce que c'est celle d'une chanteuse connue. Mais non, ce qui compte pour moi, c'est que cette photo est la seule qui me reste de ce tournage. Ce Polaroïd de Mylène me fait d'abord penser que j'ai perdu la mémoire de toutes mes autres photos prises sur ce clip. Si elles étaient devant moi aujourd'hui, je pourrais instantanément faire un commentaire sur chacune d'elles. (...) Mes Polaroïds ont-ils été jetés après que certains aient intégré le making off du clip? Si oui, j'aurais bien aimé plonger mes mains dans la poubelle pour les récupérer tous. Sinon, où sont-ils? Après toutes ces années, ce texte est ma seule alternative, le bref éclat d'un sentiment étrange qui, dans l'ombre de mes souvenirs, a ondulé jusqu'à aujourd'hui. J'aurais beau siffler, mes Polaroïds (en)volés ne reviendront jamais.
"

Pas d'acces

En mai 2018, Martin Kierszenbaum a partagé sur Facebook un lien pour écouter la chanson "Pas d'access" avec cette légende : "“Pas d’access” - a song I had the great honor of producing for Mylène Farmer on her “Interstellaires” album #JeSuisBirdy #MylèneFarmer". En commentaires, à un fan qui disait que c'était sa piste préférée de l'album, Martin a répondu que c'était la première chanson que Mylène et lui ont écrite ensemble.

Les mots

Il existe une introduction au clip Les mots uniquement présente sur la version du DVD inclus dans la Long Box du best of éponyme. Cette intro de 20 secondes affiche "Mylène Farmer et Seal" suivi de "Les mots - Réalisé par Laurent Boutonnat".

Innamoramento

Contrairement à ce qu'on a pu écrire pendant de nombreuses années, la partie nature du clip Innamoramento n'a pas nécessité deux jours de tournage à l'étang du Désert d'Ermenonville (Oise), mais seulement un. La petite correction provient du réalisateur lui-même, François Hanss, sur Twitter.

N'oublie pas

Lors du premier jour de tournage du clip N'oublie pas en Islande le 19 mai 2018, Bruno Aveillan a posté un statut Instagram visiblement à destination de Mylène : "Iceland... a little blink to a dear friend who’s travelling now in this fascinating country..." ("L'Islande... un petit clin d'oeil à une amie chère qui visite actuellement ce fascinant pays...").
Une petite note accompagnait le titre N'oublie pas envoyé aux médias, indiquant que le titre remplit les critères de classification "oeuvre francophone", c'est à dire que la partie chantée en français est supérieure à celle en anglais. En France, les radios doivent en effet respecter un quota de titres francophones à diffuser.


Le 20 juin 2018 avait lieu le premier gala de l'école de danse d'Alizée à Ajaccio. Pour l'occasion une chorégraphie sur Sans contrefaçon a été présentée avec la projection d'un petit mot de Mylène : "Sans contrefaçon, les filles de la team Lyonnet sont les plus jolies. Je vous embrasse toutes. Mylène Farmer". Merci à Ske Leton pour l'anecdote.

Rolling Stone

Raphaël Sergio n'avait pas pu être présent pour la prestation de Rolling Stone dans l'émission "La Chanson de l'année" le 08 juin 2018. Pour équilibrer le nombre de danseurs, Valérie Bony s'est retirée également mais restait bien présente pour les répétitions du titre. Nicholas Menna, Manuel Gouffran, Ivo Bauchiero, Aziz Baki, Feroz Sahoulamide et Lisa Gautier étaient toujours de la partie.
Les danseurs qui accompagnaient Mylène pour Rolling Stone dans l'émission The Voice le 12 mai 2018 étaient pour la plupart ceux du clip Du temps et de la tournée Timeless 2013, à savoir : Raphaël Sergio, Nicholas Menna, Manuel Gouffran, Ivo Bauchiero et Aziz Baki. A noter le retour de Feroz Sahoulamide, présent dans le clip A l'ombre en 2012 mais surtout la présence de Lisa Gautier (la nièce de Mylène, à gauche sur les captures) et de Valérie Bony !

Bleu noir

Le 07 mars 2011, un teaser pour annoncer le clip du single Bleu noir, réalisé par Olivier Dahan, est diffusé sur le site officiel éphémère de l'album. Contrairement à la vidéo finale qui sera en noir & blanc, ce petit spot est en couleurs et utilise un plan séquence inédit filmé spécialement pour l'occasion en parallèle du tournage.

    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.