ConnexionAccueil5 Commentaires

Interview dans Rolling Stone pour Stolen CarActualité Mylène Farmer -



Pour ses premiers mots pour la promotion de l'album à venir "Interstellaires, Mylène a choisi le magazine américain Rolling Stone. Elle y partage une interview avec Sting à l'occasion de la sortie du duo Stolen Car aux Etats-Unis.
C'est la première interview presse de la chanteuse depuis décembre 2013 dans le magazine Gala !
On y apprend notamment que l'album sera disponible en précommandes le 03 octobre prochain, et que le clip de Stolen Car ne serait diffusé qu'à partir du mois prochain également.

Voici l'article et l'interview traduits en français (le début pour le moment) :

Mylène Farmer n'accorde pas beaucoup d'interviews, mais pour Sting, elle fera une exception. La pop star française, qui a vendu plus de 30 millions d'albums dans le monde entier et qui remplit régulièrement des stades dans les pays francophones, a récemment sorti une version la chanson « Stolen Car » de Sting (2004) dans laquelle elle et l'ancien membre de Police chantent en français et en anglais. Le mois dernier, le titre a été numéro un des ventes sur iTunes dès sa sortie et est resté au top pendant quatre jours. Il est à présent disponible aux Etats-Unis, et sera suivi d'un clip le mois prochain.
Sting, contre toute attente, est tout à fait capable de voler une voiture de luxe et de s'enfuir avec une Française, comme il le fait dans le clip – il parle français couramment. Les deux chanteurs ont rencontré Rolling Stone à l'approche de la sortie d'Interstellaires le 6 novembre – le 11e album de Farmer qui comprend « Stolen Car » et qui sera disponible en précommande le 3 octobre – pour parler de vol de voitures dans deux langues.


Dans quelles conditions vous êtes vous rencontrés et avez fini par travailler ensemble ?
Farmer : Il y a quelques années, je suis allée à Londres pour assister à un de ses shows qui avaient lieu dans une église [Songs from the Labyrinth à St. Luke's Church]. J'ai trouvé cela très impressionnant, très beau et très poétique. Puis [l'année dernière], je me suis rendue à New York car je voulais vraiment assister à sa pièce, The Last Ship, et je l'ai trouvée très émouvante et sombre. Les chansons étaient très belles et le jeu des acteurs extraordinaire – j'en suis tombé amoureuse. Et puis je lui ai demandé s'il accepterait de faire quelque chose avec moi. Et il a dit « Oui, pourquoi pas. »
Sting : J'étais vraiment d'heureux que Mylène soit venue voir mon spectacle et nous nous sommes rencontrés, et elle a dit, « As-tu des chansons qui fonctionneraient pour un duo ? » Et tout de suite, j'ai pensé à « Stolen Car. » Je l'avais écrite presque 12 ans plus tôt. Elle avait été écrite pour qu'il y ait une femme qui chante pendant les refrains : « Take me dancing tonight. » Parce que la fille n'obtient pas assez d'attention. C'est la maîtresse d'un brillant homme d'affaire et il y a un côté poignant dans l'histoire. J'attendais la bonne personne pour cette chanson, et Mylène était la candidate idéale.

En quoi était-ce différent de la rechanter ?
Sting : Eh bien, on intègre toujours des éléments de l'autre chanteur quand on s'accorde et que l'on chante ensemble, alors on doit écouter attentivement. Il s'agit véritablement d'une relation, comme une danse… [Et] nous avons dû modifier le ton, pour que nos voix s'accordent, alors je chante plus haut que d'habitude.
Farmer : De plus, c'est en français et en anglais. J'ai demandé à Sting s'il accepterait des paroles en français et il a dit oui. Ma traduction est très proche des paroles qu'il avait écrites, et j'ai aussi ajouté quelques petites choses bien françaises et liées à mon propre style. Et puis c'est juste comme un dialogue entre les deux personnages ; ce fut intéressant pour moi aussi.
Sting : C'est aussi très sexy en français.

Quelle est la différence entre travailler à plusieurs ou seul sur une œuvre ?
Sting : Eh bien, le problème c'est qu'un plus un doivent faire trois, et non pas deux. Et je pense que dans ce cas, nous avez produit quelque chose de bien meilleur que ce que j'avais fait – ou pu faire – seul. Il y a une nouvelle dimension qui est merveilleuse.
Farmer : Quand je compose, j'ai besoin d'être seule. Cachée dans le coin d'une pièce et ensuite j'écris. J'en ai désespérément besoin et c'est mieux ainsi.

Parlez-moi du clip.
Sting : Nous avons tout de suite pensé à faire un clip. Afin que la chanson reflète l'esprit du clip. Il a toujours été question d'en faire aussi une œuvre visuelle.
Farmer : C'est un réalisateur française, Bruno Aveillan, qui est très talentueux et un de mes amis. Il a réalisé un grand nombre de publicités pour Cartier, Guerlain, etc. Il fait des choses très esthétiques, presque comme des tableaux. J'ai montré son travail à Sting parce que je trouvais que cela collerait à l'histoire, parce que cette chanson est déjà un peu un court métrage. Il a accepté. Il nous a fallu... deux jours, c'est ça ?
Sting : Deux journées de douze heures, et nous avons terminé à quatre heures du matin.
Farmer : Il a plus travaillé que moi, car il jouait deux rôles.
Sting : Dans le clip, je joue un voleur de voiture, et je joue aussi un directeur de compagnie, alors je me suis beaucoup amusé.

Mylène, j'ai vu sur les photos des paparazzis que vous marchiez avec une béquille pendant le tournage.
Farmer : Oui, je me suis cassée la jambe en deux il y a cinq mois, et c'est presque guéri maintenant. Mais je devais porter des talons aiguilles [dans le clip] et je devais faire très attention. Sting a été très gentil avec moi et faisait très attention parce que je ne pouvais pas marcher. Il devait me serrer très fort dans ses bras.
Sting : Pas de problème ! [Les deux rient] The Daily Mail a aussi beaucoup apprécié.

Trouvez-vous des différences dans la manière qu'on les Français de réagir à votre travail par rapport aux Américains et aux autres publics ?
Sting : Un des plus grands plaisir dans le fait de tourner en Europe, c'est la différence culturelle entre chaque pays – l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la France. Les Français écoutent avec beaucoup d'attention les paroles. Je pense qu'ils ont une très bonne compréhension de la musique ; je pense que la musique est très bien enseignée dans les écoles, alors ils comprennent l'harmonie. Je pense que cela fait partie de l'âme française. Donc je prends du plaisir à jouer en France. Ils ne sont aussi enthousiastes que les Italiens, qui eux sont juste fous.
Farmer : Les Russes font formidables parce qu'ils adorent la langue française. Ils ont une profondeur pour cette musique, je pense. J'aurais du mal à répondre [à propos de ma propre expérience] parce que j'ai l'habitude du public français. Les Américains, je ne les connais pas. J'attends de voir.

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu la musique de l'un et de l'autre ?
Farmer : Je le connaissais en tant qu'artiste depuis un moment, j'aime beaucoup sa musique. Si je devais choisir une de ses chansons, chose qui n'est pas facile, je choisirais « Fragile » - j'aimerais pouvoir la voler et prétendre qu'il s'agit de la mienne. Et… Sting, pas besoin de répondre, parce que je ne pense pas qu'il connaisse tout mon travail.
Sting : Oui, je suis ami avec son manager, il a produit une pièce dans laquelle j'ai joué à Paris il y a quelques années qui s'appelait Welcome to the Voice, et j'ai découvert Mylène à cette époque. Il est important de souligner à quel point elle est célèbre dans le monde francophone – elle remplit tous ces grands stades encore et encore et encore, donc elle est énorme, et à juste titre, et c'est une personne charmante. Ce qui est d'ailleurs le plus important.
Farmer : Merci. Je suis d'accord ; merci.

L'article complet original (en anglais donc) : http://www.rollingstone.com/music/news/sting-on-playing-a-car-thief-new-duo-single-sexiness-of-singing-in-french-20150922

Jeudi dernier, les deux artistes étaient justement à New York, en témoignaient ces deux mystérieuses photos :


Source(s) : Rolling Stone

    

Vos réactions

Attention, vous n'êtes pas connecté ! Connectez-vous en cliquant ici. Le retour sur cette page sera automatique.